Martin Lacey
Lors de notre séjour au Cirque Krone à Berlin en octobre 2005, nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer Martin Lacey Junior et de partager avec lui plusieurs moments de la journée, voici ses réponses à nos questions et ses commentaires.


  • A 28 ans vous êtes l'un des plus jeunes mais aussi des plus talentueux dresseurs de votre génération, pouvez vous nous parler de vos débuts?

    Que voulez-vous savoir ? Mon enfance? Quand j’étais petit ma mère et mon père travaillaient au Zoo, moi je suis né au cirque sans que mes parents soient d'une famille de cirque. J’ai toujours vécu entouré d’animaux : éléphants, tigres, lions, chameaux, chevaux tout ce qu’un cirque possède et j’ai grandi joyeux, jonglant comme tous les enfants grandissant au cirque. A l’âge de 11 ans mes parents m’ont envoyés en pensionnat jusqu’à l’âge de seize ans, ils voulaient absolument que j’ai une bonne éducation et au cirque nous avons une école mais à partir de onze ans le niveau n'est plus suffisant. Mes parents ne m’ont pas poussés vers le cirque, ils nous ont donné le choix à Alex et à moi. Nous avions de bonnes notes et nous aurions pu entrer à l’université mais nous avons décidé de revenir au cirque, et puis mon père était très connu pour son travail avec les animaux, surtout en Grande-Bretagne ; ma mère était célèbre pour son travail avec les tigres. Après quelques temps je me suis rapproché des lions, je suis parti de Grande Bretagne avec des groupes de lions de plus en plus grandes (jusqu’à 13 lions). Aujourd’hui je travaille dans le plus grand cirque d’Europe.


  • Dans la famille Lacey on ne parle que de fauves?

    (rires) Oh non ! J'ai reçu une éducation complète et je suis très curieux de nature. J'aime parler avec des gens très différents, j’ai des amis dentistes, docteurs, qui ne travaillent pas au cirque donc j’ai des conversations sur tous les sujets, mais bien sûr quand les Lacey se retrouvent pour dîner invariablement nous parlons des fauves …


  • Avez vous des modèles ?

    Oui bien sûr, je respecte beaucoup les dompteurs du passé : Clyde BeeTee aux Etats-Unis, Alfred Court est fantastique, c'est le meilleur, et je peux citer aussi Gunter Gebel-Williams. J’ai de superbes souvenirs de ces dompteurs dans les livres que je lisais quand j’etais petit. J’aime beaucoup Clyde BeeTee car son style est proche du mien au niveau vitesse donc ces dresseurs sont toujours mes modèles et puis bien sûr mes parents nous ont appris beaucoup de choses sur le traitement des animaux. Beaucoup de gens oublient ca, que ce qui est le plus important c’est le bon traitement des animaux en dehors du spectacle et nous essayons de faire le maximum. Le spectacle est très important bien sûr, mais les animaux passent en premier, et si vous vous occupez bien de vos animaux, je pense qu’ils vous le rendent. Nous mettons en place de nouvelles cages et aussi des circuits de vidéos expliquant au public la vie des animaux au cirque, car ce ne sont pas des animaux comme ceux vivant au Zoo, ce sont des animaux entraînés et en pleine forme physique.


  • Après plusieurs années de pratique, le risque existe encore?

    Plus de risque et aussi moins. Moins parce que vous avez plus d’expérience au fil des années et vous connaissez les dangers, mais aussi plus car vous pouvez devenir trop confortable et vous avez besoin de ne pas devenir trop sûr de vous car ce sont des lions, une machine à tuer parfaite, il y aura toujours des risques, mais parce que nous sommes professionnels nous réduisons ces risques et j’ai appris beaucoup de mes parents et mes mentors notamment Dick Chipperfield. Tant que vous écoutez bien ce qu’ils disent vous êtes sur la bonne voie. L’autre jour j’ai marché devant un lion qui n’a pas apprécié que je soit trop près de lui et c’est à ce moment là que vous réalisez que lorsque vous être trop sûr de vous, il faut alors s’arrêter, penser à ce que vous faites, se concentrer et recommencer. C’est comme quelqu’un qui saute dans sa voiture, ne met pas sa ceinture et c'est l'accident, il sait conduire mais ne fait plus assez attention, je sais travailler avec les animaux, mais c’est trop dangereux pour ne plus être vigilant.


  • Avez vous encore des choses à apprendre ?

    Tous les jours j’apprends de nouvelles choses, c’est naturel, que vous soyez un homme ou un animal, vous apprenez chaque jour. Tous les jours j’apprends combien j’ai à apprendre!


  • C'est quoi la journée de Martin Lacey ?

    Mes journées commencent à sept heures du matin, parfois six, avec les animaux, vous pouvez demander aux autres artistes, ils sont très surpris et n’aimeraient pas échanger avec moi. J’ai des assistants mais j’aime m’occuper personnellement de mes bêtes parce que je les aime beaucoup et j’ai grandi avec elles. Bien sûr nous nettoyons tout, et je les nourris moi-même. Au cirque Krone le spectacle est très long (3 heures) nous finissons presque à minuit chaque soir en préparant les cages pour l’entraînement du lendemain matin. Donc une journée comme la mienne peut vous rendre très fatigué ! Bien sûr vous savez comment ça marche, nous avons deux spectacles par jour, plus nourrir les animaux etc., c’est très intense.


  • King Tonga, le lion blanc est un symbole, celui de la complicité entre un homme et un animal, peux t-on même parler d'amour?

    Ça y ressemble, j’aime tous les animaux, pas seulement King Tonga, mais il est vraiment spécial. Il est le premier lion blanc au cirque et il m’est très cher car c’est un grand privilège que de l’avoir, mais je dois donner un temps égal aux autres fauves car sinon ils deviennent jaloux. King Tonga est fantastique, et j’aimerai qu’il y ai un futur pour les lions blancs dans le cirque... Il n’y a pas plus d’une centaine de lions blancs “purs” dans le monde vous savez, il y a à peu près 60 ans, trois lions blancs on été découverts en Afrique du sud, ils les ont croisé avec leur propre famille, donc beaucoup des petits n’étaient pas bons, ils avaient de problèmes avec leur foie, louchaient, et c’est normal entre frères et soeurs mais depuis une dizaine d’années les gènes des lions blancs sont meilleurs. Il n’y en a pas d’autre comme lui, et il a seulement 2 ans et 9 mois, il est très gros, Jim Clubb était ici la semaine dernière et bien qu’il soit un specialiste il pensait que King Tonga avait 5 ans ! Il était très surpris, ici en Allemagne ils ont un parc avec des lions blancs, pas aussi beaux que King Tonga. C'est un très très beau lion blanc (rires)


  • Vous êtes venu à Massy et à Grenoble, aimeriez vous travailler en France?

    J’aime la France ! J’aime beaucoup la France!! Pour beaucoup de raisons.


  • Mais vous ne parlez pas français …

    Si je passe un peu de temps en France, mon français revient, j’étais au cirque Pinder pour une saison et j’ai appris très rapidement, lorsque vous parlez français, les français vous aident sinon ils ne vous aident pas, mais je pense que c’est pareil dans tous les pays, ici en Allemagne j’ai appris à parler avec l’aide des Allemands pas dans les livres. Lorsque j’étais en France les gens étaient très sympa, j’aime aussi beaucoup la cuisine française, et les tournées sont superbes, Cannes, Marseille, la Bretagne (une grande découverte pour moi), Paris est superbe en Hiver, j’ai passé de très bons moments à Massy, Grenoble aussi mais trop froid en Hiver. J’ai beaucoup de succès ici en Allemagne mais aussi en France car le public français est très connaisseur, il aime l’action, respecte les bonnes choses et les spectateurs français ont vu tellement de cirques, ils savent ce qui est bon, et je ne dit pas que je suis bon mais les Français disent que je suis bon ainsi j’ai gagné à Grenoble, j’ai gagné à Monte-Carlo etc... la France me porte chance et j'espère y revenir un jour.


    Nous remercions la direction du Cirque Krone et plus particulièrement le Docteur Suzanne Matzenau pour leur chaleureux accueil et leur disponibilité pour faire découvrir leur établissement aux lecteurs français. Bien sûr, un grand et sincère merci à Martin Lacey Junior pour sa disponibilité, sa patience et sa gentillesse ; c'est avec le talent l'autre grande qualité de la famille Lacey.

    Source : Frédéric Taillandier




  • Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
    François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
    Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
    Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
    Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
    Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
    Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com