Viktor Kee
Lauréat du Festival Mondial du Cirque de Demain 1994, clown d'argent du 27ème Festival du Cirque de Monte-Carlo et membre du jury du 28ème Festival du Cirque de Demain, Viktor Kee est le jongleur du spectacle Dralion du Cirque du Soleil, nous l'avons rencontré à Ostende (B) durant la tournée européenne de ce spectacle.


  • Vous n'êtes pas issu d'une famille de cirque alors pourquoi avoir choisi ce métier et comment y avez-vous fait vos débuts ?

    Mes parents étaient musiciens et danseurs et ma mère m'a envoyé à l'école de danse quand j'avais environ 4 ans. A partir de 5-6 ans, mon frère était déjà dans l'école de cirque pour enfants de ma petite ville. Et il m'a dit, si tu veux venir avec moi tu n'as qu'à m'y emmener en tant que grand frère. Donc depuis l'âge de 6 ans j'ai toujours été avec les groupes de garçons du cirque, j'ai toujours était le plus petit et à partir de 7 ans j'ai commencé à travailler sur scène.


  • Et pourquoi le jonglage ?

    C'est à l'âge de 11 ans que j'ai choisi le jonglage car auparavant nous faisions toutes les disciplines : jonglage, clown, magie et acrobatie (d'ailleurs principalement acrobatie)… Et j'ai décidé que lorsque j'aurais 15 ans, je rentrerais dans l'école professionnelle du cirque. Or pour entrer dans cette école, c'était plus facile en tant que jongleur qu'en tant qu'acrobate. C'était très dur d'être acrobate et d'y entrer car la concurrence était très forte. De plus mon professeur était également jongleur et m'a donc conseillé de choisir le jonglage pour entrer dans cette école quitte à changer de spécialisation une fois admis : un changement stratégique en quelques sortes. Quand je me suis mis au jonglage, je suis devenu meilleur jongleur qu'acrobate, j'ai donc tout naturellement décidé de continuer le jonglage.


  • Comment êtes vous entré au Cirque du Soleil ?

    Le chemin fut long avant d'entrer au Cirque du Soleil, je suis allé à l'école du cirque durant 4 ans puis j'ai participé à plusieurs festivals. A mon premier festival en 1994, j'ai rencontré plusieurs personnes du Cirque du Soleil dont "Nicoletta" qui a été mon premier contact au Cirque du Soleil. En 1996, aux Jeux Olympiques d'Atlanta, j'ai fait une représentation et le Cirque du Soleil avait un spectacle pour l'ouverture des jeux. Ils sont venus voir notre spectacle et ensuite ils m'ont proposé de prendre part à leur spectacle. Tout s'est fait petit à petit, je ne leur ai jamais envoyé de cassette car j'étais sûr que si j'entrais au Cirque du Soleil il aurait fallu que je change l'intégralité de mon numéro et qu'ils allaient m'utiliser. C'était mon image du Cirque du Soleil avant car j'avais vu des vidéos et m'étais construit une image stéréotypée… Mais heureusement ce n'était pas le cas, c'est une grosse entreprise de cirque à l'esprit très flexible et si l'artiste accepte çà, qu'il aime son numéro comme il le fait, ils se mettent d'accord et ne cherchent pas à s'approprier le numéro et imposer les modifications de force.


  • Votre numéro a été changé ou c'est votre propre réalisation ?

    C'est en fait une combinaison des deux. Nous nous sommes assis avec Guy Caron pour mettre les choses au point, il voulait changer la musique mais pour que je puisse garder le rythme et mes enchaînements nous avons décidé simplement de retravailler ma musique originale et je n'ai voulu faire appel à aucun chorégraphe. Il a été d'accord, mon numéro est donc réalisé avec ma musique, le costume que j'ai crée et avec les combinaisons et sur la chorégraphie que j'ai mises au point. Le début avec l'araignée est une idée de Guy Caron et il a véritablement insisté dessus, j'ai donc accepté et intégré ce concept à mon numéro.


  • Quel est le profile d'une journée type pour Viktor Kee ?

    En général le programme est le même. Une heure à la salle de gym le matin, pas plus car je n'aime pas y passer beaucoup de temps. Ensuite je m'échauffe de 18h à 20h, puis j'enchaîne avec une séance de maquillage d'une demi heure pour entrer sur scène à 20h50.


  • Et vous ne vous entraînez qu'avant le spectacle, jamais le matin ?

    Le matin, c'est très rare, uniquement si nous n'avons qu'une représentation dans la semaine. Lorsque nous avons deux représentations par jour comme c'est souvent le cas j'essaie de trouver un équilibre car les journées de 12 heures sont très longues donc je ne m'entraîne pas le matin. Je le fais également lorsque c'est la reprise après la journée de repos.


  • Vous jonglez actuellement avec des balles mais avez-vous déjà essayé avec d'autres accessoires (diabolo, anneaux…) ?

    Je n'ai jamais essayé le diabolo, en revanche j'ai fait mes débuts en tant que jongleur traditionnel avec des massues et des anneaux mais je n'aimais pas trop et je n'étais pas très bon alors j'ai décidé de me concentrer sur quelque chose qui me plaisait davantage. Je n'aime pas le jonglage sportif, je n'apprécie pas particulièrement le jonglage traditionnel en général et depuis que j'ai 15 ans j'ai choisi les balles.


  • En 2003 vous avez obtenu un clown d'argent à Monte-Carlo, quelle a été votre réaction ? Etait-ce une surprise pour vous ?

    Toute ma vie j'ai rêvé d'aller à Monte-Carlo, je sais maintenant comment les choses se passent à Monte-Carlo et le clown d'argent était ce que je pouvais espérer de mieux. Je ne pouvais pas viser plus qu'un clown d'argent. Ensuite, quand le Cirque du Soleil m'a proposé de m'y présenter par son biais (même si j'ai reçu ma récompense en tant qu'artiste indépendant), et d'être dans le groupe avec nos "hook diving act" (cerceaux chinois) dont le spectacle est très beau, et ainsi me confronter à tous mes amis sans compter les numéros d'éléphants et de tigres et les grands numéros proposés à Monte-Carlo… C'est tout ceci qui m'a fait penser que je pourrais au mieux remporter le clown de bronze. Ca a dont été une surprise pour moi, je pensais que ce seraient les "hook diving act" qui allaient obtenir l'argent et qu'en aucun cas ils allaient attribuer au Cirque du Soleil 2 clowns. Et finalement j'ai eu la récompense et je suis content. C'est une compétition et personne ne peut prévoir ce qui va se passer. Quand j'ai fait mon numéro j'étais très nerveux. 4000 personnes dont 3000 qui me connaissaient, j'en connaissais 2000, trop d'amis, trop d'agences, trop de pression… C'est une ambiance très particulière, tu peux être un bon jongleur et tout ruiner en une soirée, c'est une pression très forte !


  • Vous avez participé à la "Millenium night" à Las Vegas dans un numéro avec Barbara Streisand, pouvez-vous nous donner quelques explications complémentaires sur cette collaboration originale ?

    C'est effectivement un peu surprenant. Barbara Streisand avait son spectacle à la "Millenium Night", 4 mois auparavant elle a assisté à notre spectacle, elle a vraiment bien apprécié les numéros de jonglage et a dit qu'elle voulait avoir des numéros semblables dans son spectacle. Elle aimait le jonglage depuis qu'elle était petite. Elle a dit sur scène qu'elle a toujours été fascinée par les jongleurs et m'a présenté au public en disant qu'elle aime le jonglage, qu'elle est allé voir le Cirque du Soleil et que c'est moi qui y fait les numéros de jonglage… et j'ai fait mon numéro. Il y avait 15 000 personnes, c'était une atmosphère un peu particulière car tout le monde est venu pour voir Barbara Streisand mais je m'en suis bien sorti et ce fut une très bonne expérience. J'ai répété avec Barbara Streisand durant 2 mois, j'ai fait le numéro habituel, il y avait un orchestre classique mais j'ai joué sur ma musique car elle était un peu trop "funky" pour leur répertoire.


  • Quels sont vos objectifs de carrière sur le court ou le long terme ?

    A moyen terme, je souhaiterais changer certaines routines de mon numéro actuel, les enchaînements ont déjà bien évolué et je travaille pour modifier les personnages et l'apparence sur scène. Cela devrait se faire dans les 2-3 ans à venir, et sur le plus long terme, l'idée serait de m'impliquer davantage dans la préparation de numéros d'autres jongleurs, d'avoir un rôle de manager et de professeur, d'ouvrir mon site internet commercial sur l'esthétique du jonglage à usage davantage pour les professionnels que pour le jonglage en tant que distraction. Proposer des vidéos, des exercices sur l'esthétique du jonglage…


  • Quel serait votre conseil pour un jongleur débutant ?

    Mon conseil pour un jongleur débutant qui souhaiterait devenir professionnel est de mettre le public au premier plan des points à respecter pour une performance, plutôt que l'ego ou la volonté de se montrer sur scène qui ne doivent passer qu'en second lieu. Le plus important est le public, ce qu'il veut voir et comment tu comptes lui montrer ce qu'il veut voir. C'est mon plus grand conseil pour devenir un artiste professionnel car cela ne concerne pas uniquement les jongleurs. C'est un point primordial et bien sûr que le jongleur veut se montrer également mais dans le métier du spectacle le public passe avant l'artiste !


  • Quel est le mot de la fin ?

    J'espère que d'ici 5 ou 6 ans, quand j'en aurai fini avec ce style, il y aura d'autres jongleurs qui présenteront des numéros dans mon genre. Malheureusement je ne vois pas de copie actuellement. Je ne parle pas ici de plagiat, ce style est à la fois très indéfini et infini, il y a donc une grande marge de manœuvre pour laisser place a l'imagination, pour inventer un nouveau style. J'aimerais donc voir des jongleurs à qui, tôt ou tard, je pourrais donner des cours et travailler ensemble pour changer, inventer et développer un nouveau style. Le jonglage est juste une question de perfectionnisme sur scène, continuer de travailler, beaucoup d'entraînement et de volonté car la volonté vous fait arriver où vous le voulez. L'entraînement fait tendre à la perfection et la volonté fait se réaliser les choses. La chance ne fait qu'aider, on ne peut pas s'appuyer sur la chance, il ne faut jamais espérer qu'elle entre en scène.

    Si vous voyez un bon jongleur, envoyez moi un email, je recherche activement un très bon jongleur dans mon style !


    Merci à Viktor Kee pour son accueil et sa disponibilité.




    Source : François Dehurtevent / Olivier Briche




  • Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
    François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
    Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
    Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
    Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
    Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
    Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com