Alexander Xelo
S'il est en piste bondissant et survolté, je vous propose de découvrir l'autre visage d'Alexander Xelo, calme et "peinard" (je cite) au point d'arriver en retard aux rendez vous, mais il sera vite pardonné en faisant l'effort de faire toute l'interview en français !

  • Etes vous d'une famille de cirque ?

    Non pas du tout, mon père est photographe et j'ai commencé par suivre la même formation, le jonglage était un loisir. Mon père n'est pas très content que je choisisse une autre voix que la photographie.


  • Encore maintenant ?

    Non avec le succès ça va mieux mais il était désorienté car il pensait que j'allais reprendre son magasin.


  • Vous avez appris le jonglage dans une école ?

    Au départ seul puis de conventions en conventions, j'avais quatorze ans. Pour monter mon numéro je suis quand même allé pendant un an et demi à l'Ecole publique du cirque de Berlin.


  • Pourquoi le diabolo ?

    J'ai commencé avec les balles, mais je me suis vite ennuyé . Le diabolo pour moi c'est plus comme un jeu, c'est moins statique . Les mouvements sont plus libres et plus dynamiques avec le diabolo qu'avec un autre instrument.


  • Vous avez déjà une belle carrière, on a pu vous applaudir chez Nock, Herman Renz ou Arlette Gruss, qu'est ce qui vous plait au cirque ?

    En premier lieu et pour être très franc, les engagements sont longs par rapport aux variétés, une saison au lieu de plusieurs mois et cela me rassure, j'aime le travail et planifier ma vie.
    Ensuite j'aime le cirque pour les voyages bien sur et la vie en communauté. Je suis quelqu'un de très calme et tranquille, avec le cirque j'ai eu tout ce que je voulais : visiter différents pays, rencontrer beaucoup de gens. Peut être que dans quelques années je ne ferais plus ce métier on ne sait jamais, si je me marrie et que ma femme n'aime pas le cirque je stopperais, ça tiens à peu de choses. Si j'ai des enfants je m'arrêterais pour les élever c'est sur.


  • Comment évolue votre numéro ?

    J'ai commencé par deux puis trois diabolos aujourd'hui j'en fait quatre. L'année dernière j'ai incorporé les diabolos lumineux, c'est une chose qui plait beaucoup au public. C'est très important de plaire au public, nous travaillons pour lui, chaque jour je veux le maximum d'applaudissements. Je change tout le temps l'ordre des figures car j'en connais beaucoup, je me filme, et après je recommence. Depuis le début de la tournée ici chez Pinder j'ai changé trois fois (rires). La musique est la même par contre depuis mes débuts, le costume lui change et évolue mais j'en suis pas encore entièrement satisfait, la dernière version s'approche de l'idéal.


  • Sentez-vous des différences suivant les publics et les villes ?

    Lorsque le chapiteau est plein, il suffit de pas grand chose pour déclencher les applaudissements, lorsqu'il y a moins de monde c'est différent. Dans les deux cas, j'aime "prendre le public" , à chaque fois c'est un challenge. Dans les séances moins pleines on peut regarder les gens dans les yeux c'est plus intime, on voit les réactions des spectateurs plus vite, alors je fais semblant par exemple de lancer mon diabolo dans le public.


  • On sent bien que c'est le contact avec les gens qui vous plait dans ce métier non ?

    Ah oui ! c'est le contact avec le public et avec les enfants qui est ma motivation, ne jamais faire la même chose c'est pour ça que j'ai choisit le cirque.


  • Vous aimez le public français ?

    Il est très différent d'autres publics. En Hollande par exemple dès qu'un artiste entre en piste il est tout de suite applaudit et encouragé, ici les spectateurs sont plus réservés et méfiants dirais-je, l'ambiance monte tout au long du numéro et vous avez vraiment la récompense qu'a la toute fin . Mais c'est un beau pays ou j'ai toujours plaisir a venir en tous cas.


    Un grand merci à Alexander pour sa gentillesse et au Cirque Pinder pour nous avoir permis de réaliser cette entretien.

    Site Officiel (www.diaboloshow.de)


    Source : Frédéric Taillandier




  • Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
    François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
    Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
    Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
    Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
    Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
    Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com