Luce
  • Comment êtes-vous entrée en piste, êtes vous une enfant de la balle ?
    Mon père était marionnettiste et travaillait en cabaret, et non au cirque. J'ai été élevée dans un milieu de gens du spectacle, pas forcément des marionnettistes mais aussi des gens de cirque, de cinéma ou de théâtre. J'ai donc eu une bonne culture de base. J'avais aussi bien le trac quand j'allais au cirque ou au théâtre, je ressentais une excitation comme si j'étais à la place des artistes. À l'âge de seize ans et demi, j'ai dis à mon père que je voulais entrer en école de cirque. Il m'a dit "fait le, mais fait le bien", ça a été le mot magique, je ne voulais pas le décevoir et j'ai donc travaillé du mieux que je pouvais. Ca m'a donné la possibilité de m'entraîner toute la journée ce qui était un vrai avantage. J'ai fais l'école Fratellini et l'école Gruss en parallèle, parfois les deux dans la même journée.


  • Jonglerie avec massues, balles, chapeaux, quelles sont vos autres disciplines ?
    Je fais de la musique en conservatoire pendant cinq ans, je jouais de la flûte traversière, et j'ai récemment commencé le salto alto. J'ai également fais de la danse pour l'énergie et l'endurance du numéro. Et je fais de la magie close-up, avec un numéro de scène fantaisie. Je trouve ça intéressant en tant que femme de faire quelque chose de rigolo, je trouve mon propre style. C'est une porte qui s'ouvre et malheureusement une vie ne suffira pas pour tout faire il faudra que je revienne vite.


  • Quelles sont les rencontres qui ont ponctué votre carrière ?
    La richesse de ce métier, c'est les rencontres qu'on y fait. Aussi bien les histoires d'artistes que l'on peut écouter, la philosophie du métier sont intéressantes. Il y a beaucoup de respect, ce qui est très important parce qu'on sait que derrière il y a une masse de travail. J'ai eu de la chance de débuter avec le cirque ce qui est une excellente école. Les rencontres qui m'ont marquées sont Jean Richard, les Bouglione (aussi bien les parents que les enfants), mais aussi avec des gens de théâtre comme Jérôme Savary, Daniel Mesguich. Concernant le cirque Jean Richard, c'est grâce à Jean-Pierre Richard que j'y suis rentrée. Nous nous sommes rencontrés à l'École Annie Fratellini où il faisait déjà un numéro, je travaillais au Cirque de Paris. Il m'a proposé de rejoindre un numéro avec deux augustes qui parodiaient mon travail, autour d'une histoire. Jean-Pierre n'en avait pas parlé à son père, c'était un numéro surprise, ça a fonctionné et j'y suis restée deux ans.


  • Dans votre carrière on peut relever de nombreux passages dans de grands établissements, quelles sont désormais vos ambitions ?
    Faire rêver le public avant tout. J'utilise maintenant la magie parce que la jonglerie est assez physique et on ne peut pas le faire aussi longtemps que la magie, discipline plus intellectuelle. J'utilise ainsi plusieurs démarches pour y parvenir. Sinon j'ai déjà fait La Réunion, Tahiti, et le Japon également à 5 reprises dans des cabarets et différents spectacles. En revanche, je n'ai pas le rêve de Las Vegas, ce que j'aime c'est l'esprit d'équipe, pas le lieu où je me trouve.

    Site Internet de Luce : www.lucelapuce.com


    Source : Fabien Lacroix




  • Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
    François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
    Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
    Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
    Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
    Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
    Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com