Coppe Nicolas
Nous avons rencontré Nicolas Coppe, jeune artiste belge, actuellement en tournée au cirque de Pierre Paillé. C'est avec plaisir qu'il a répondu à nos questions.

  • Vous êtes issu d'une école de cirque belge, à quel âge y êtes vous entré ?

    J'ai débuté à l'école de cirque de Charleroi, ville ou je suis né, à l'âge de 12 ans. Ensuite, c'est vers 16 ans que j'ai poursuivi ma formation à Circomédia.

  • Je suppose qu'au début on y apprend un peu toutes les disciplines ? A quel moment avez-vous senti que votre voie ce serait le jonglage et l'illusion ?

    J'ai directement opté pour ce qui me fascinait ; le jonglage, bien que je pratiquais également un peu l'équilibre sur monocycle notamment. Le goût pour l'illusion est venu plus tard, lorsque j'allais assister à des spectacles et que je me suis rendu compte que la plupart des artistes avaient souvent deux numéros à leur répertoire. Etant nul en acrobatie, je me suis dirigé vers la magie en commencent avec des petits tours car le matériel est souvent très coûteux. Ensuite, j'ai eu la chance de pouvoir acheter 2 grandes illusions en "occasion", et voilà, le tour était joué !

  • Votre passion pour le cirque remonte à quel âge ?

    Ah ! tout petit déjà, mon grand-père m'emmenait au cirque et c'est grâce à lui que ma passion est née. Nous allions voir, je me souviens, les spectacles d'Alexandre Bouglione, et c'est d'ailleurs grâce à lui, si je fais ce métier. Ses spectacles m'ont donné le goût de la piste.






  • Dans vos disciplines, avez-vous des modèles, des références auprès desquels vous puisez l'inspiration ?

    Non, pas particulièrement. C'est le jonglage en tant qu'art à part entière qui m'a toujours attiré mais je ne peux pas dire que j'ai été fan de tel ou tel jongleur. Quant à l'inspiration pour mes numéros, je ne cherche pas à imiter mais à créer mon propre style avant tout. Par contre, des envies peuvent parfois naître lorsque je vais assister à des spectacles. C'est ainsi par exemple qu'après avoir vu Tony Fribourg il y a 3 ans chez Bouglione, le désir de mettre au point un numéro de balles rebond est né.

  • Vous aviez déjà participé occasionnellement à des galas avec FrancePiste ou chez Alexandre Bouglione notamment, mais c'est votre première tournée ?

    Effectivement c'est ma première "vraie" tournée. Avec l'école, j'avais déjà participé à des spectacles mais les premiers galas en tant que numéro personnel, je les dois notamment à Frédéric Taillandier de FrancePiste pour leur Cirque de Noêl puis dans leur spectacle "Brasiliana". C'est là que j'ai fais mes véritables premiers pas sur la piste. Ensuite, pendant l'été, je cherchais des engagements saisonniers et j'ai eu ainsi la chance de participer aux spectacles des Iarz au Grand Cirque des Pays de l'Est ainsi que de Rose marie Malter, mais c'était pour le plaisir !







  • Et, comment vivez-vous la vie du voyage ?

    Pour vous dire toute la vérité, je ne réalise pas encore tout à fait que c'est mon métier et que je tourne actuellement dans un cirque avec ma propre caravane !

  • Vous participez également aux autres activités dans le cirque ?

    Evidemment, je participe comme les autres artistes, au montage et au démontage du cirque, c'est cela aussi la vie d'artiste de cirque !

  • Comment avez-vous rencontré Pierre Paillé chez qui vous tournez actuellement ? Vous a-t-il fallu taper à de nombreuses portes avant d'obtenir un engagement ?

    J'avais aperçu pour la première fois Pierre Paillé lorsque nous étions en gala à Marseille avec FrancePiste. Nous étions allé voir son spectacle "le Cirque de Pinocchio" alors dans la même ville. Je l'ai ensuite revu à l'occasion des Portes Ouvertes chez Alexandre Bouglione à Namur, mais je ne lui avais toujours pas parlé. Ayant terminé l'école et me retrouvant sans contrat, j'ai alors travaillé 6 mois chez Quick et alors que je devais re-signer pour 6 autres longs mois, c'est Alexandre Bouglione qui m'a présenté lorsque Pierre Paillé recrutait des artistes pour son nouveau spectacle. Et ensuite, l'engagement pour une tournée d'un an ...

  • Et le choix des costumes et de la musique, vous choisissez seul ?

    Ah oui et j'y tiens ! J'ai moi-même dessiné mes costumes de scènes et c'est ma grand-mère qui les a confectionnés ! La musique également reflète mes propres goûts. J'ai d'ailleurs souvent tendance à en mettre un peu trop !

  • Je suppose que lorsque vous travaillez un numéro, vous le testez avant d'aller sur la piste ? Mais auprès de qui ?

    Non pas vraiment. Lorsque je répète, c'est-à-dire tous les jours durant plusieurs heures, je prends l'avis des artistes qui passent me voir tout simplement et ensuite je joue devant le directeur. Il faut préciser que pour mettre un numéro au point, il faut compter 6 à 7 mois de travail.

  • Vous améliorez sans cesse la technique, mais en est-il de même concernant le jeu de scène ?

    Bien sûr, mais pour cela il faut être souvent en représentations, ce que j'ai la chance de vivre depuis plusieurs mois maintenant. A ce propos, une anecdote qui m'a profondément touché, c'était lorsque Firmin et Nicolas Bouglione sont venus me voir hier en spectacle et qu'ils m'ont dit qu'ils avaient remarqué une importante amélioration par rapport à mes débuts sur la piste. Venant d'eux …


  • Vous êtes encore très jeune, 18 ans, que pensent vos parents de votre choix ?

    Au début, il était pour eux hors de question que je fasse du cirque, mon métier. J'ai alors conclu avec eux un pacte moral : je finissais d'abord mes études (Sciences Economiques) et ensuite je pouvais y aller si c'était toujours mon choix. J'ai respecté mon contrat, eux aussi ! Et maintenant, ils sont très fiers de me voir sur la piste et viennent très régulièrement assister aux spectacles !

  • Pouvez-vous nous parler de vos projets artistiques?

    Je m'entraîne en ce moment pour un nouveau numéro avec 7 balles rebond, mais la encore le matériel coûte cher car il me faut une grande plaque de marbre. Pour l'illusion, j'espère bientôt pouvoir présenter un numéro de lévitation.

  • Au fait Nicolas, le rêve du petit garçon est-il maintenant complètement réalisé ou pas encore ?

    Mon rêve ? Travailler tout le temps
    Le sommet ? Une tournée chez Bouglione !
    en 2006 peut-être …

    Source : Frédéric Taillandier




  • Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
    François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
    Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
    Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
    Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
    Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
    Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com