FRANCEPiste ou le cirque différement
FRANCEPiste a été créé en 2000 pour promouvoir les jeunes artistes français qui malheureusement, s'ils ne sont pas issus d'une famille de cirque, ne trouvent pas de débouchés à la sortie des écoles de cirque. FRANCEPiste leur propose de faire leurs premiers galas, leur première tournée afin de vivre le rythme et la vie active du cirque.

C'est aussi depuis cette année l'arrivée au sein de la compagnie d'artistes de réputation internationale qui viennent épauler les jeunes.

Nous allons tenter de vous faire vivre le déroulement chronologique de la journée d'une des unités de FRANCEPiste au cours d'un week-end.

9h15 : Frederic Taillandier, directeur de FRANCEPiste et monsieur Loyal du spectacle arrive le premier au " nouveau sciècle " de Lille. Une grande salle de spectacle (2000 places) qui est (entre autre) utilisée pour les concert de l'orchestre National de Lille.

Les artistes étant convoqués pour 10h, cela lui laisse le temps de prendre possession des lieux et de faire connaissance avec les équipes techniques de la salle. En effet n'amenant " que " le spectacle (c'est à dire les artistes et leur matériel) le son, la lumière et la régie plateau sont assurés par la salle ou des prestataires engagés par la salle, c'est donc chaque jour un travail de diplomatie et d'échanges à faire avec les techniciens.


Tout au long de la journée, il y aura un contact entre et l'unité de Lille et l'unité de Belfort , plus particulièrement entre les régisseurs techniques de chaque ville et entre les deux monsieur loyal (certains jours FRANCEpiste aura jusqu'à trois unités à travers la France).

L'ordre de passage a été établi préalablement et chaque artiste en prend connaissance. La répétition se déroulera dans ce même ordre.


Les artistes arrivent les uns après les autres, déchargent leur matériel, le monte le cas échéant (portiques d'équilibre, tablette de rola-rola ...).

Chacun amenant sa musique, et donnant à la régie les directives à suivre. Selon les numéros : une seule plage à laisser dérouler ou sinon plusieurs plages a lancer au signal que l'artiste donnera au cours de son numéro.

Pour les éclairages chacun demande ce qu'il souhaite mais le travail est un peu plus globalisé car il faut essayer de donner une coloration au spectacle, éviter que tous les numéros aient les mêmes éclairages. Par rapport aux dimensions de la salle, équilibrer la balance entre les ponts de lumières et la poursuite.


Pour cela les artistes répètent tour à tour leur numéro (ou plutôt le début et la fin pour se coordonner avec la technique et pour mettre au point l'entrée et la sortie en fonction de la salle). La scène du nouveau siècle étant très grande l'entrée et la sortie en sont donc plus longues.

Comme ce gala fut le premier de la série de Noël, les artistes ne se connaissent pas et n'ont encore jamais travaillé ensemble. La fin de la répétition est consacrée aux " figures " de groupe tel que le début du spectacle et le final.

Reste encore à régler la gestion du plateau pour le matériel de certains numéros avec le responsable plateau de l'équipe technique.


La fin de la matinée sera consacrée à la mise au point des entrées clownesque entre Jonny Bogino le clown de reprise, Frederic Taillandier le Monsieur Loyal et la régie où des effets sont nécessaires comme par exemple l'entrée de la télécommande. N'ayant jusqu'à présent jamais travaillé ensemble une répétition plus longue que pour les autres numéros sera necessaire.


Il est déjà 13h, le repas est pris rapidement dans les loges puis les artistes commencent immédiatement leur préparation. A l'opposé du calme et de la relative tranquillité du matin, la tension commence a être palpable. Après le maquillage, certains s'échauffent longuement, d'autres préfèrent le calme pour la concentration. Il est frappant de voir le professionnalisme de chacun et la faculté que chaque artiste a de réussir à passer dans " la peau " de son personnage. Toute la troupe est réunie en coulisses, chacun s'encourageant pour le spectacle, à la manière d'une équipe sportive.




15h : Le message de bienvenue de Monsieur Loyal laisse place à la musique et sous les projecteurs les artistes font leur entrée par la salle en venant saluer petits et grands.

Le spectacle débute avec Robert Berousek à l'echelle libre. Numéro tout en rythme et rapidité. Cet artiste tchèque sera pour la saison prochaine au cirque Arlette Gruss. Pour l'avoir vu en répétition l'apparente difficulté que Robert a pour exécuter ses différents tricks n'est que dans le soucis de la mise en scène car les exercices sont parfaitement maîtrisés et le numéro est très bien rodé.

Le bondissant Jonny Bogino assurera la liaison entre les numéros et commencera sa prestation par la reprise de la corde à sauter, faisant participer 2 enfants du public évidemment ravis. Ivo et Elena enchaîneront leur démonstration de rola-rola où Ivo profitera de ses talents d'équilibriste pour proposer des figures originales dans cette discipline.


Patrick Gruss avec ses fouets, lassos et revolvers entraînera le public au far-west sur le thème des mystère de l'ouest. Après avoir effectué une saison chez Arlette Gruss, il travaille depuis plus de 10 ans chez Eurodisney ou il donne plusieurs fois par jour une version réduite de son numéro.

L'effet sur le public est direct, certainement l'un des numéros les plus appréciés et qui colle parfaitement avec ce type de spectacle " gala " et également pour les contraintes liées au spectacle en salle.


Marisa Biasini (épouse de Robert Berousek) tentera de nettoyer la piste mais son chien malicieux mettra fin à tous ses espoirs en lui jouant de " mauvais tours ".

Retour de Robert Berousek avec une démonstration de jonglage aux raquettes en allant jusque 5 raquettes avec lesquelles il tourne plusieurs routines.

Jonny Bogino tentera de l'imiter avec 9 balles de tennis mais le trucage utilisé ne lui assurera pas le même succès acrobatique mais déclenchera les éclats de rires des petits comme des grands.


Le spectacle sera conclu par Ivo Stankov dans un très beau numéro d'équilibres sur cannes. Une belle mise en scène accompagnée d'une musique majestueuse feront de ce numéro le moment fort du spectacle. Les exercices sont nombreux et parfaitement effectués. Le dernier exercice consiste en une série d'équilibres sur un emboîtement de 5 cannes. La hauteur prise donne une dimension supplémentaire à l'artiste.

Pour sa première production en France Ivo Stankov a fait une bien belle impression. On peut regretter que jusqu'à présent il n'est produit que dans des théâtres ou cabarets car à coup sur il nous ravirais sous les chapiteaux français. Une exclusivité et très belle découverte de FRANCEPiste pour décembre 2005.


S'enchaine naturellement le final avec toute la troupe sous les applaudissements d'un public satisfait de son début d'après midi. Le gala se continuera avec le concert du sosie d'une chanteuse pour enfant mais le travail de FRANCEPiste s'arrête la.


17h : le matériel est rangé, les premiers artistes sont déjà reparti sur Paris ou ils logent durant la période des galas.



Source : François Dehurtevent




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com