Arena - Tournée aux Pays-Bas
Alors que les tournées des cirques d'Europe du nord se terminent peu de temps après l'été, le cirque danois Arena a choisi de prolonger sa saison par une tournée de 13 villes en Hollande. Cette venue près de nos frontières a été l'occasion pour beaucoup de français mais aussi de belges, allemands et hollandais de découvrir cet établissement de renom. Le grand rendez-vous fut sans conteste la bourse d'échanges à Oss les 14 et 15 octobre dernier. Arena avait évidemment planté ses pinces dans la ville pour l'événement.




Lorsque l'on découvre la place décorée de rouge et de jaune, le cirque Arena en impose par ses installations et son matériel. Les peintures sont impeccables, les convois nombreux et le grand chapiteau de 1800 places figure comme un grand navire transportant le rêve. Le barnum d'accueil est également très grand avec de nombreuses concessions bien garnies. On peut souligner l'édition d'un programme spécial pour la tournée hollandaise, ainsi que la vente d'un Dvd réalisé pour les 50 ans de l'établissement.


Le programme présenté en terre hollandaise est exactement le même que durant le reste de la saison, à l'exception des Kuskov et leurs jeux icariens. Fidèle à la campagne publicitaire la seconde partie est sur l'eau.

Le spectacle est ouvert par la cavalerie maison, présentée par la directrice Suzanne Berdino. Les chevaux sont beaux, les exercices classiques mais bien exécutés, c'est une très bonne entrée en matière avec également la complicité de ses enfants pour quelques pas de haute école.

Les Sandros enchaînent avec des équilibres sur rouleaux. A croire que ce don pour l'équilibre est de famille car il est le frère de Reynaldo et Ivo Monteiro et ont présenté ce numéro à quatre simultanément à Monte-Carlo en 2005 avec leur père Gaspar.

Jorge Cardinalis Junior nous présente son numéro d'échelle libre que nous avons pu découvrir au dernier Festival International du cirque de Massy. Numéro rythmé auquel on pourrait juste reprocher les "chiqués" un peu trop grossiers.

Le clown Bonbon se lance dans un match de badminton où le fair-play prend rapidement le pas sur l'esprit de compétition.


Peter Valence, sera menotté par ses charmantes partenaires pour être plongé dans un coffre hermétique et transparent duquel il ne s'évadera qu'après quelques longues minutes d'apnée.

René Casselly clôture en beauté la première partie. Ce style de numéro mixte, 4 chevaux, 4 éléphants est malheureusement devenu trop rare sur les pistes. Effectivement la logistique nécessaire à cette présentation est importante mais quelle belle image de cirque lorsque les 8 bêtes se cabrent parfaitement en ligne ! Le numéro n'est pas sans rappeler celui de Flavio Togni avec ses 4 chevaux palominos.




Durant l'entracte, les hommes de piste s'affairent à transformer la piste en piscine. Le plateau central est fixé sur une remorque qui se déplie, un peu à la manière du plateau surélevé de chez Arlette Gruss à la différence que des jets d'eau y sont directement intégrés. La banquette de piste est rehaussée et la sciure recouverte d'une grande bâche. Coté technique ce sont deux semi-remorques citernes munis de grosses pompes qui permettent de remplir et de vider le bassin en moins de 10 minutes.

Les vannes sont ouvertes pour lancer la seconde partie. Les Duet Blues se munissent de bassines pour "écoper" le bassin mais se résigneront très vite et les utiliseront plutôt pour une originale et colorée démonstration de jonglage passing.


Merrylu, la petite sirène, traversera les eaux sur un radeau poussé par le dieu Neptune pour s'échouer sur son pied d'estalle où les fontaines s'élèveront pour l'encercler. Elle s'adonnera alors à divers exercices de contorsion tous mis en valeur par les jeux d'eaux et de lumières.

Ce n'est plus un seul clown Bonbon mais 5 qui reviennent pour une reprise énergique, où le synchronisme est de rigueur. Cet intermède classique est bien réussi d'autant plus que les mécanismes des pantins sont très réalistes, le détail étant poussé jusqu'aux mouvements du visage.

Un plongeur surgit des profondeurs pour nous annoncer le duo Starlight's qui profite de la partie immergée de la piste pour une démonstration de roller skating. Numéro rapide et efficace avec deux rotations en grand écart et un tourbillon de nuque. Ce sera également l'occasion pour certains spectateurs de faire leur baptême de roller avec quelques tourbillons ... attention l'eau n'est pas loin !




Bonbon reviendra une dernière fois pour tenter de faire sauter une tortue dans un cercle enflammé mais c'était sans compter sur sa congénère quelque peu "bruyante" et surtout beaucoup moins mélomane que notre clown.

Ce sont cette fois de vrais animaux qui leur succède avec les otaries du duo Cardinalli. Leurs deux protégés s'en donnent à cœur joie dans le bassin dont la bonne profondeur leurs permet réellement de nager. Équilibres avec ballons, rattrape de cerceaux, et sauts dans un cercle au dessus de l'eau. Le dernier équilibre mains/nageoires est remarquable. Très bon numéro du genre qui prend une dimension supplémentaire grâce à l'ajout d'éléments aquatiques.

Un "mangeur de feu" servira d'introduction au second passage de Peter Valence afin qu'il fasse disparaître le temps du numéro l'une de ses partenaires pour la faire réapparaître pour notre plus grand plaisir à la fin de sa prestation.


La seconde partie touche à sa fin mais c'est certainement un des moments forts du spectacle qui la clôture. Encho, l'équilibriste à l'imposante plastique, excelle dans les équilibres en force. Comme l'année dernière chez Herman Renz, il n'a pas besoin de surjouer pour que le public lui soit tout acquis. Son numéro est exemplaire, le sourire est permanent et la prouesse technique bien réelle : ascension sur canne télescopique, saut en profondeur...

L'ensemble du numéro est également très bien mis en valeur par les effets aquatiques, en particulier avec le rideau d'eau qui encercle l'acrobate.

La féerie des eaux crée un final très réussi durant lequel les lasers se mêlent aux jets d'eaux qui accueillent les artistes venus saluer une dernière fois.




Le cirque Arena propose un spectacle homogène digne de sa réputation avec quelques numéros vedettes. La piste d'eau est bien exploitée et surtout bien mise en valeur. On pourra cependant regretter le trop peu d'ambiance communiquée par le spectacle, certainement du à l'immensité du chapiteau et à la relative faiblesse des éclairages. Cela reste de tout même un réel plaisir d'avoir l'occasion de découvrir un nouvel établissement qu'il est rare de voir si près de chez nous.





Source : François Dehurtevent




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com