Conelli : Fata Morgana
La Fata Morgana est un phénomène optique qui résulte d'une combinaison de mirages. C'est du nom de ce phénomène que le cirque Conelli a choisi de nommer son nouveau spectacle, et à juste titre tant la perception visuelle de chacun des instants de la soirée peut laisser croire à un rêve éveillé.



Lorsqu'on arrive aux abords du cirque l'image qui nous apparaît est étonnante. On aperçoit un petit chapiteau rouge et jaune sans mâts mais avec une seule arche donnant l'impression d'être sur l'eau avec quelques caravanes et une tente annexe, le tout rassemblé sur un petit îlot au milieu de la Limmatt.




La première approche est déjà très séduisante mais c'est sans compter sur les surprises que l'intérieur nous réserve. Tout est fait pour que, dès les premiers pas, nous soyons transportés dans un univers merveilleux. Après être passé au vestiaire où plutôt à la "garderobe", de charmantes hôtesses souhaitent la bienvenue aux spectateurs en leur collant une petite étoile sur la joue, comme un passe droit autorisant l'entrée dans l'univers du rêve Conelli. Le petit hall d'accueil contient la concession, une confiserie, et un bar central offrant du champagne. On se laisse alors interpeller par quelques notes de piano qui nous font lever les yeux à la coupole pour découvrir un piano à queue, installé sur une grande plaque de verre suspendue.

Conny Gasser et Herbi Lips ont créé cet établissement il y a maintenant 24 ans, des spectacles sont donnés en matinée et en soirée avec la particularité que le soir le spectacle est accompagné d'un dîner.


Quelques marches plus loin et l'on pénètre dans la "salle" de spectacle. Véritable bonbonnière, ce petit chapiteau de 800 places offre une visibilité parfaite de n'importe quelle place des 10 rangs de chaises. Les éclairages sont soignés et le spectacle accompagné du Alex Big Band qui accompagne régulièrement les plus grands artistes tels que Tom Jones, Shakira etc ...

Le public est très proche de la piste, la seule séparation étant la planche du tour de piste. Cette proximité renforce encore l'ambiance chaleureuse et intimiste du lieu que l'on peut comparer à un petit cabaret. Une fois assis il ne reste plus qu'à ouvrir grands les yeux ...


Le spectacle suit le voyage merveilleux de Gaston & Roli, les clowns maintenant familiers de l'établissement. Au hasard de leurs pérégrinations, la fée Jeannie apparaîtra à trois reprises pour leur offrir la possibilité de réaliser 3 vœux. Nadja Gasser, qui a présenté durant plusieurs années des otaries, incarne cette jolie fée. Le "Conelli Ballet" composé de 5 danseuses dont les interventions ont été chorégraphiées par Cindy Gasser fait la liaison entre chacun des tableaux, c'est un peu la "marque de fabrique" des spectacles Conelli.

Rosita Gasser, venue d'Australie, reprend avec élégance une discipline issue de la gymnastique acrobatique et plus habituellement pratiquée par les hommes : les anneaux. Elle commence par un série de poses fixes puis un travail en ballant avec des lâchés spectaculaires au dessus du public. Pour sa dernière envolée elle quittera les anneaux pour se rattraper à une corde lisse à l'extrémité de la piste.


Yelena Lakrina -l'épouse de Kris Kremo- propose pour la seconde fois chez Conelli une des plus aboutie démonstration de hula-hoop, associant son charme naturel à une technique parfaite. Elle fera même tourner un cerceau avec son postérieur pour le final !

Ambiance country où le ballet danse au son des violons de Eva et Alina pour accueillir Patrick Gruss. Claquements de fouets, lassos et une très belle démonstration aux pistolets sont les composantes de son numéro. Gaston et Roli essayeront de l'imiter aux lancers de couteaux, au plus grand désespoir d'un spectateur pris en otage !




Direction l'Afrique avec les Kenya Boys pour une dynamique et entraînante démonstration de pyramides humaines, sauts aux cerceaux, sauts à la corde et enfin un charivari au sol. Leur tempérament apporte une touche d'exotisme à l'ensemble.

Les "oiseaux du paradis" de la troupe de Shenyang sortent de leur cylindre comme des poussins qui éclosent. Mélange de contorsions et d'équilibres, le tout avec une apparente facilité et beaucoup d'agilité de la part de ces deux très jeunes artistes.

Kanakovi, voltigeur de la troupe Kanakov -que nous retrouverons en seconde partie à la barre russe- réalise un étonnant et original numéro de chaînes. Deux chaînes sont accrochées à la coupole en parallèle comme des cordes lisses, l'artiste passant de l'une à l'autre en effectuant diverses pirouettes. Il se lâchera également plusieurs fois de la coupole pour retomber sur le matelas en dessous de lui. Numéro novateur où la difficulté physique de l'agrès donne un ressenti étrange avec un soupçon de violence.




Restons dans cette ambiance particulière avec le duo Iroshnikov pour un main à main de grande qualité. Une technique impeccable leur permet de réaliser les exercices les plus difficiles de la discipline comme la rattrape en équilibre de mains -le porteur étant accroupi avant de se redresser- suite à un salto, départ arrêté, du voltigeur. Leur prestation leur a valu les plus belles récompenses : une médaille d'or au Festival du cirque de Demain 2004 et un clown d'argent à Monte-Carlo en 2005.

Roli échappant de justesse à la marmite du cuisinier Gaston nous annonce l'entracte en habit d'Adam. L'occasion est toute trouvée pour découvrir le bar du cirque avec vue panoramique sur le Rhin où encore retrouver le pianiste à la coupole du hall d'accueil.

Le chanteur américain, Tony Bartok, également ringmaster de la soirée, accompagne le ballet pour ouvrir la seconde partie qui nous réserve quatre numéros de grande qualité.




Les 4 russes de la troupe Kanakov, dans une style chic et décontracté proposent une démonstration de barre russe. Les saltos de la voltigeuse et du voltigeur, s'enchaînent, agrémentés de pirouettes et terminant par un triple. La présentation est moderne et dynamique remettant au goût du jour ce type de numéro partie intégrante des disciplines fondamentales de la piste.

Strasses, plumes et paillettes pour le ballet en prélude de la partie "parisienne " du spectacle. Après plusieurs passages au Lido de Paris ou encore à Las Vegas, Kris Kremo (clown d'argent à Monte-Carlo en 1981) se produit à nouveau dans son pays natal. On ne présente plus le célèbre jongleur au cigare, ce gentleman des pistes qui avec classe, élégance et humour a foulé les pistes les plus prestigieuses. Il n'hésitera à jouer avec le public, qui lui est tout acquis, pour faire durer son numéro. Dans l'univers Conelli, sa prestation prend encore une dimension supplémentaire si on la compare à son dernier passage en France.


Lui succèdent les Rokashkov à la barre fixe pour quelques minutes d'exception. Précisons que le charmante Natalia exécute l'intégralité du numéro en talons ce qui ne facilite en rien les réceptions. La proximité du public renforce l'impact des sorties de barre en double et même en triple; les voltigeurs se réceptionnant à seulement quelques centimètres du premier rang. Ils obtinrent une médaille d'or au festival international du cirque de demain en 2003 et un clown de bronze en 2005 à Monte-Carlo.

La troupe acrobatique de Chine, réduite à 6 pour les impératifs liés à la taille de la piste réalise leur maintenant bien connue pagode de bols depuis leur clown d'or à Monte-Carlo en 2004. Les portés de groupe sont toujours aussi impressionnants et en font oublier la tenue des bols en bout de pied.

Tony Bartok revient pour une dernière chanson, comme un signe d'au revoir avant le retour de tous les artistes pour un final digne de ce nom où chacun ira de sa petite performance, soit sérieusement, soit en tournant son numéro en dérision comme le fait avec humour Kris Kremo.






Jeannie retrouvera sa lanterne pour disparaître, mais en sortira auparavant un sapin de Noël qu'elle offrira à Gaston. Dernier moment de poésie avant que les lumières ne s'éteignent mais que le rêve continue.

Le cirque Conelli offre depuis maintenant 24 ans un véritable spectacle de Noël avec un écrin de rêve, un plateau copieux et une mise en piste enchanteresse. Autant dire que pour les amateurs de beau cirque, un voyage chez Conelli est comme un cadeau de noël avant l'heure !



Source : François Dehurtevent




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com