24ème Cirque d'Hiver de Roermond
Le mardi 30 janvier 1984 à 20h fut donnée, à l'initiative de Hans Cremers et Ton Rennings, la première du cirque d'hiver de Roermond qui fêtera l'hiver prochain sa 25ème édition. Depuis la première année, sans exception -avec deux éditions en 1984- le cirque d'hiver de Roermond est resté fidèle à son principe initial : réunir dans le cadre très confortable du théâtre-hôtel de l'Orangerie, pour une durée de trois ou quatre jours, un copieux plateau de cirque de qualité auquel sont associés des numéros plutôt issus du cabaret, le tout accompagné d'un grand orchestre et d'un ballet.


Cette 24e édition ne faillit pas à la tradition, la disposition semi-circulaire du théâtre inclut parfaitement la piste, le décor en fond de scène d'un style romantique accueille à son balcon le Royal Bonnema International Circus orchestra ne comportant pas moins de 18 musiciens. Le temps du plaçage, le public est accueilli au son de la harpe de Pauline Nieuwenhuijs qui quittera le centre de la piste pour laisser les Rominelli dancers -ballet mixte- et le chanteur américain Dennis Le Gree ouvrir le spectacle. Nous les retrouverons tout au long des 3 heures du spectacle.

Le duo Rubtsov mélange avec ingéniosité jonglage et équilibres sur chaises offrant des variantes dans les passing que ce soit avec cerceaux ou chapeaux, le tout sur fond de Tango.

Elena Dzen et Rusian Urunov s'élèvent amoureusement à la coupole pour une acrobatique démonstration de cerceau aérien avec de nombreux lâchés de la jolie voltigeuse. Le travail proposé est comparable à celui habituellement réalisé au cadre aérien.

Monika et Anatolij Stykan ont quitté leurs costumes marbrés de la saison dernière chez Arlette Gruss mais leur numéro demeure inchangé et reste une belle démonstration de main à main où l'on apprécie l'élégance de Monika et la puissance de Anatolij notamment lors de la remontée de chaise. Anatolij a répété tout au long de la saison un main à main avec son fils Andre, numéro qui a d'ailleurs concouru au dernier festival de Massy et qui s'avère très prometteur.

Les Crazy Flight magnifient avec toujours autant de poésie l'art du saut à la banquine. On aurait envie que leur "vol au dessus d'un nid de coucou" n'atterrisse jamais, ce sont 5 minutes de rêve que nous propose la troupe de Sergey Sakun. Depuis leur première tournée de 2004 dans un cirque, Aleksand Sokolov, l'un des porteurs, a été remplacé par Ihor Kozhyn ce qui modifie la composition de la dernière figure : la colonne à deux avec double du voltigeur supérieur et salto de son porteur qui était le chef de troupe. Ihor a pris la place de Sergey et a remplacé le salto par un saut en recul.

Marc Metral, certainement l'un des meilleurs ventriloques actuellement sur le circuit avec Fred Roby, donne voix à ses marionnettes qui jouent une véritable pièce comique. Ses partenaires en peluche sortent et rentrent de leur boîte à l'aide d'un mécanisme à pédales apportant un dynamisme supplémentaire au numéro. Son chien ravira les plus petits du mauvais jeu que lui joue son maître. Marc composera un quatuor de spectateurs à qui il fera pousser la chansonnette, réalisant la performance de prendre 4 voix différentes.

Le mime Daniel fera une première apparition en autruche qui aura bien des tours avec ses oeufs. Qui de l'oeuf ou de l'autruche fut le premier en piste ? En seconde partie il accordera à une spectatrice quelques pas de danses qui le laisseront de marbre. Ce type de numéro est plus habituellement applaudi dans les cabarets mais s'avère être une très bonne alternative au clown de reprise pour des interventions courtes et efficaces.

Malgré l'emplacement en plein centre ville et les infrastructures extérieures quasi inexistantes les numéros d'animaux ne sont pas délaissés, bien au contraire. Cages et écuries étant installées aux alentours du théâtre pour la plus grande joie des promeneurs faisant leur marché de Noël et pouvant ainsi admirer fauves, éléphants, chevaux et chiens.

Ce sont donc quatre numéros animaliers, et non des moindres, qui figurent au programme. Sonni Frankello redouble de douceur avec ses 3 éléphantes les associant à des jeux plutôt originaux pour des pachydermes : danse, hula-hoop, corde à sauter, etc...

Karl Trunk avec sa cavalerie de 8 poneys de tailles croissantes présente un très agréable numéro en deux parties distinctes : la première étant une reprise en liberté classique et la seconde plus originale utilise pleinement la petite taille des poneys leur offrant un espace de jeu similaire à un jardin public avec balançoire, tourniquet et bascule. Le petit dernier sera mis au lit et bordé par son dresseur.

Encore des équidés mais des chevaux maintenant avec le duo Dzen. Rusian montant son trakhene d'école évolue d'abord seul avec 3 lévriers pour être ensuite rejoint par Elena dans une calèche tirée par un cheval anglais. Tous deux évoluent en parfaite synchronisation réalisant une fantaisie équestre classique emprunte de poésie, ce qui leur valu le prix du Club du Cirque en 2003 à Monte-Carlo.

Kid Bauer ouvre la seconde partie avec ses 2 tigresses et 4 lionnes, numéro que l'on a déjà pu voir à plusieurs reprises à la grande fête lilloise du cirque avec notamment la rencontre sur les poutres d'une lionne et d'une tigresse. Le démontage de la cage est quand à lui très original, nous sommes plongés au début des années 40 en pleine seconde guerre mondiale, les pistards habillés en soldats et bon nombre de figurants en habits civils de l'époque. Les hommes de piste évoluant comme des soldats en rangs bien serrés pour enlever un à un les panneaux de la cage et dégager la piste. Véritablement novateur et original cet intermède donne l'impression d'assister à un film d'époque et réussit à faire passer agréablement les quelques souvent trop longues minutes qui suivent les numéros de cage.
Un spectacle digne ce nom se doit de présenter une tête d'affiche, une star pour laquelle le public vient. Ce 24e cirque d'hiver de Roermond présente les Thuranos qui viennent conclure le spectacle. Avec Konrad Thurano on peut parler de star tant l'accueil que le public lui réserve est impressionnant. Les spectateurs attendent ce personnage étonnant de 97ans ! Bien que moins connu en France Konrad Thurano durant ses plus de 80 ans de carrière -il a débuté en mars 1924 à l'age de 15 ans- a parcouru le monde entier et s'est produit sur les plus grandes scènes (USA, Afrique du sud, Asie, Scandinavie, Allemagne, Angleterre, etc ...). En 1930, avec un partenaire ils étaient les frères Lindner et ont travaillé 25 ans avec un numéro aérien mais c'est véritablement avec leur numéro de fil comique que Johnjohn et Konrad Thurano ont fait leur célébrité. Le père et le fils ont commencé ce numéro en 1968, le fil tendu est le prétexte à la comédie basée sur une succession de défis qu'ils se lancent et relèvent tour à tour. Les moments les plus marquants sont pour Johnjohn le saut à la corde en sabots sur le fil et pour Konrad les tractions à un doigt soulignant la vitalité de cet artiste qui n'est qu'à 3 ans du centenaire !



L'amateur averti ne fera certes pas de découvertes de nouveautés mais trouvera largement son plaisir à revoir l'ensemble de ces numéros de qualité réunis dans un même programme et pour cause : un excellent orchestre, un chanteur, un ballet, de belles lumières, un plateau de haut niveau incluant des numéros animaliers pour 3 heures de spectacle. Que demander de plus ? Un chapiteau bien sûr et la fête aurait été parfaite !.






Source : François Dehurtevent




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com