Romanès - De la poésie au pays des Roms
De l'extérieur, ce petit chapiteau ne préfigurait en rien de la nature, ma foi singulière, du spectacle auquel nous avons assisté ce soir. Cette modeste toile cachait bien ses jeux (d'artistes) et c'est après avoir passé l'entrée que le charme du cirque Romanes opéra. L'antre de ce dernier est petit mais incroyablement accueillant.

La décoration est colorée : des tissus dressés aux couleurs chaudes délimitent l'espace et une grande tapisserie recouvre la piste. La tonalité "or et sang" chère aux tziganes rend cet espace chaleureux. Le public, rassemblé tout autour attend impatient le début du spectacle. Alexandre Romanes en maître des lieux nous présente les festivités non sans humour et annonce le début du spectacle.

Loin de l'infrastructure quelques fois démesurée de certaines scènes où la distance peut être un frein à l'affectif, ici le rapport est tout autre et le rapprochement de la piste et donc des artistes nous offre l'heureuse possibilité de capter leur regard : un lien particulier nous unis et cette relation de promiscuité est loin d'être désagréable ... au contraire. Une fois le lien crée il est nouée pour de bon et ce jusqu'à la fin de la soirée. Se dégage alors l'impression de ne pas être qu'un simple spectateur perdu dans les gradins mais d'assister, en ami, à une noce rom.

Tout commence ici par la musique et reste rythmée par elle. La corde du violon vibre et c'est au tour de la clarinette et de la contrebasse de s'éveiller . L'orchestre tzigane et la voix de Délia , l'épouse d' Alexandre Romanes, va alors habiller chaque numéro et remplacer astucieusement l'habituel M . Loyal.


C'est au tour des artistes de nous présenter leur numéro. Toutes la famille va assurer le spectacle, même la benjamine de la troupe présente un numéro de contorsion, l'avenir est assuré. Un numéro de tissus poétique où le corps se dévoile au fur et à mesure de sa progression et en est magnifiquement valorisé ... tout comme le numéro de "feu dansant" sublimé par le lieu qui prend alors ici une toute autre dimension.

Va suivre un exercice de cerceau exécuté avec magie par Maria, qui dansera aussi un flamenco endiablé et claquant. La faible hauteur du chapiteau n'entrave pas la qualité du numéro de trapèze exécuté par Elena, acrobate expérimentée accompagné par un partenaire bien inhabituel, un perroquet au jeu scénique très assuré !

Deux numéros de jonglage totalement différents nous sont offerts : dans le premier une manipulation au sol de balles avec une bonne dose d'humour et en conclusion du spectacle François Borie fait tournoyer ses massues dans un crescendo appuyé par l'orchestre.

Ici, les artistes ayant présentés leur numéros ne désertent pas la piste mais y restent devenant à leur tour spectateurs et participant ainsi à l'encouragement collectif.


Ce spectacle est un mélange bien savoureux, simple et subtile. Le poivré et la force du jonglage et de la corde, la délicatesse de la contorsion ou le pétillant acidulée du cerceau. Et c'est quand ailleurs le rideau se baisse qu'ici il se relève et nous invite en piste à venir prolonger la soirée en partageant beignets et vin chaud. Le cirque Romanes est épicé et cette alchimie merveilleuse entre la musique, le décor et la scène charme notre coeur.



Source : Raphael Delavaud




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com