Monti 2008 - Immersion
Pour 2008 le cirque Monti a fait très fort, en proposant ce qui se présente comme l'un de ses meilleurs spectacles, réussissant à emmener le spectateur encore plus loin qu'à l'habitude. Si loin qu'il se retrouvera plongé sous l'océan ...

Reprenons du début et consultons le programme papier (soigné comme toujours). L'intérieur de le couverture illustre 2 pêcheurs en pleine activité et visiblement satisfait d'eux même jusqu'à ce qu'un espiègle garçon (Mario Muntwyler) leur dérobe l'objet de leur fierté.

Quel rapport avec le spectacle ? La mésaventure de Barsch et Egli (les pécheurs) sera le fil conducteur du spectacle. Durant toute la première partie ils sont à la recherche du poisson dérobé et l'ensemble de la troupe ne leur facilitera pas la tache. La force de la mise en scène est d'avoir réussi à parfaitement mêler le thème du spectacle à la partie " jouée " des 2 comédiens qui ne sont pas des clowns mais véritablement des acteurs, le tout avec les numéros qui suivent le fil conducteur. Le seau (avec le poisson) est intégré à chacun des numéros et ne reste pas un simple élément du décor. La démonstration de trapèze Washington de Maxime Sole (de la troupe Akoréacro) est un " prétexte " pour monter décrocher le seau de la coupole, les diabolos de Tobias Muntwyler (qui gagne en assurance au fil des années) sont rattrapés par l'épuisette de Samuel Müller le " garçon de piste de soirée " qui joue à merveille de son talent comique. Sans nul doute nous le reverrons dans ce style de prestation. L'ensemble de la troupe jonglera avec des massues formant une barrière éphémère en empêchant ainsi les pêcheurs de reprendre possession leur proie.

La seconde partie nous fait passer sous le niveau de la mer, avec ses méduses, poissons et même un requin scie assistant de Johannes Muntwyler dans son numéro de la sirène coupée en deux !
Laura Tikka et Armelle Fouqueray, figures désormais "locales" du chapiteau rouge et jaune ont monté pour la saison, un numéro de bungee leur permettant des plongeons de toutes sortes s'intégrant dans l'univers du spectacle tout comme leurs costumes de baigneurs. Senja Korkkula évolue à la coupe avec un cerceau d'une taille supérieure à ce que l'on voit habituellement, permettant des figures nouvelles. Stefan Wepfer après 4 ans chez Eloize dans le spectacle Nomade s'illustre au mât chinois pour une saison dans sa Suisse natale. La majorité de la partie acrobatique est réalisée par la troupe française Akoreacro que l'on pu découvrir au dernier festival mondial du cirque de demain et dont ce spectacle met en lumière la large palette de leurs qualités. Plutôt qu'un long numéro ce sont de multiples interventions tout au long du spectacle pour conclure par un excellent travail à la banquine où Claire Aldaya, la voltigeuse, rivalise avec les meilleurs de la discipline. Elle se produit d'abord en première partie avec Romain Vigier dans un main à main de fort bonne tenue alors que Basile Narcy s'illustre avec les massues.
Un tel résultat a nécessité un long travail en amont de la part des 4 concepteurs : les deux pêcheurs, Clo Bisaz et Adrian Meyer (ce dernier a déjà contribué à des créations pour Monti et s'est produit en piste en 1997 en tant que pompier ... un peu spécial) associés à Gunhild Hamer et Thomy Truttmann. L'ensemble de la troupe a ensuite été réunie 9 semaines avant la première. 6 semaines de répétitions au quartier d'hiver où un espace identique à la piste est matérialisé pour faciliter la prise de repères, puis 2 semaines sous chapiteau dans la première ville de la tournée. Une semaine ayant été " off " pour permettre à la troupe Akoréacro de participer au 29e festival international du cirque de demain début février. Coté musique c'est une composition originale de Ben Jeger interprétée par l'orchestre polonais de 7 musiciens sous la direction du clarinettiste Piotr Gunia avec toujours ce son signé " Monti " qui laisse apercevoir ses influences jazz.


En le voulant plus théâtralisé que les créations précédentes, le cru Monti 2008 présentait une prise de risque supplémentaire mais la réussite et au rendez-vous : joyeux, rapide et toujours une mine de créativité, les tableaux d'ensemble ne prennent pas le pas sur les numéros et soutiennent le rythme du spectacle tout en étant très complexe dans la chorégraphie. Ce spectacle est un vrai moment de bonheur, le sourire que les spectateurs adressent au couple directorial à la sortie en est la meilleure des preuves.

Une seule chose alors : vous laissez tenter par un plongeons ...





Source : François Dehurtevent




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com