Euroclown 6
Originale et surprenante idée que de présenter un spectacle constitué uniquement de clowns. Ce parti pris pour le comique peut paraître très attirant mais présente également le danger de lasser très rapidement le public. Cependant ce risque n'a empêché en rien que cette nouvelle édition d'Euroclown soit pour la 6e fois un succès.

Un écrin soigné, celui du chapiteau du cirque Deros de la famille Rossi (circo de Venezia), un indispensable orchestre sous la baguette de Carmino d'Angelo, et une sélection de clowns de talent judicieusement choisis dans des styles tous différents.
Les Martini sont les régionaux de l'étape et leur entrée classique remporte un franc succès auprès du public espagnol. Serge le blanc donne la réplique à son père Lorenzo qui ne paraît pas ses 71 ans et à son frère David doté d'un sens comique inné, la moindre mimique de son personnage attachant déclenchant des réactions. Le trio amusera les parisiens la saison prochaine au cirque d'hiver.

Le péruvien Pitillo que l'on a découvert en début d'année au festival d'Albacete, fait un crochet par l'Espagne entre deux étapes au Nicaragua où il est en tournée avec le géant mexicain Tihany. Pour sa première reprise Pitillo joue sur le registre de l'émotion avec son compagnon canin qu'il ne quitte jamais, à la piste comme à la ville. Les deux autres reprises sont musicales en jouant avec brio de nombreux instruments à vents.
Le suisse André profite de la pause hivernal du cirque Royal pour nous proposer avec toujours la même sympathie ses reprises (peluche aviateur, requin, pêcheur), même si ce jour là son assistant pêcheur se débarrassa de la canne à pêche plutôt que de lui apporter : effet comique garanti mais inattendu. Avec Frisco, son partenaire plusieurs saisons durant au cirque Arlette Gruss, ils seront les têtes d'affiche du cirque de Noël de Landau avant de traverser une année encore son pays natal avec Roral.

Venu du Portugal, le jeune Cesar Diaz mélange musique (harmonica, saxophone, scie musicale) et mime. Nouveau partenaire de José Michell, le trio se produira au Kronebau de Munich cet hiver avant de rejoindre, en solo, l'Autriche pour la saison 2009 au cirque Louis Knie Jr.

L'événement de cette fin d'année est le retour en Europe de Bello Nock, star chez Ringling aux états-unis. Sa coiffure «verticale» qu'il conserve en permanence ne passe pas inaperçue et ses déplacements dans le métro de Barcelone sont prétextes à quelques gags auxquels il se prête avec beaucoup de sympathie. Cependant ses reprises (cube gonflable, trampoline, bungee) ne sont pas transcendantes et l'on reste sur sa faim, surtout venant d'une star annoncée. Il est vrai que ses interventions chez Ringling étaient différentes (roue de la mort, etc ...) en étant plutôt un personnage intégré à la production qu'un clown solo. De plus il n'avait pas joué les reprises proposées à Barcelone depuis 7 années. Attendons de le revoir au Carré d'Amsterdam à Noël.
Toto Chabri est intemporel, l'entrée qu'il joue depuis plusieurs décennies conserve la fraîcheur des premières années et ses 76 ans n'y changent rien. On pourra regretter que la seconde partie de l'entrée (la danseuse classique) n'était pas au programme, certes déjà conséquent. Euroclown marque la première prestation publique de Thibaut le nouveau partenaire de Victor (Toto) et Norah en remplacement de Gregory Bellini dont il est tout simplement le frère et qui vient de quitter le trio après un «remplacement» de 7 années.

Avec un personnage et un univers à l'antipode des clowns dit traditionnels, c'est bel et bien le russe Andrei Jigalov qui récolte le plus de succès à l'applaudimètre. Entre mime et grimace, sa première intervention (les bonbons) peut laisser dubitatif car on ne saisit pas immédiatement le personnage, mais la seconde entrée (le chapeau et l'eau) récolte tous les fruits du travail nécessaire à l'installation de l'univers Jigalov.


Cette 6e édition d'Euroclown est une réussite car en plus de conserver son originalité, ce spectacle est plaisant et dynamique, la sympathique présentation de Genis Matabosch n'y étant pas innocente. L'orchestre indispensable à ce type de production joue parfaitement son rôle et on ne se lasse jamais de rire et de sourire du talent de chacun des intervenants, car ne soyons pas dupe, la réussite d'un tel spectacle n'est possible qu'avec de grands clowns.


- Déroulé du Spectacle -
David Massot & Cesar Diaz (ouverture)
Bello Nock (personnage gonflable)
Pitillo (chien)
Les Martini (entrée musicale)
André (ourson aviateur)
Jigalov (les bonbons)
Pitillo (musique)
André (la pêche)
Toto Chabri & Cie (entrée charge/décharge)
Bello Nock (trampoline)

- Pause -

Pitillo (grelots)
André (requin)
Cesar Diaz (musique & mime)
Jigalov (chapeau & eau)
Bello Nock (élastiques)

- Final -

Présentation : Genis Matabosch
Durée : 2 heures avec l'entracte
Spectacle avec orchestre de Carmino d'Angelo


Spectacle vu le 19 novembre 2008 à Barcelone

Source : François Dehurtevent




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com