Dralion - Chronique du spectacle
Dralion : la 10ème création itinérante du Cirque du Soleil.

Dralion est la 10ème création itinérante du Cirque du Soleil. La première de ce spectacle eu lieu en 1999 et est restée au nord de l'Amérique jusqu'en 2003, avant de rejoindre l'Europe en 2004.
Inspiré des arts chinois le fil conducteur du spectacle est basé sur l'harmonie des éléments.


Photo: Jan Swinkels | Costumes: François Barbeau
Au rythme des saisons, l'univers, tel l'acrobate, cherche l'équilibre parfait entre les éléments. L'air, l'eau, le feu et la terre prennent des formes humaines et se transforment en univers définis par leurs propres couleurs éclatantes. On retrouve ces quatre éléments incarnés par quatre personnages :
  • Azala est la déesse de l'air. Elle est la gardienne du soleil et de l'immortalité. Habillée de bleu, elle survole l'univers intemporel.
  • Gaya est la déesse de la terre. Elle incarne autant la chaleur humaine (feu) que la fraîcheur de la vitalité (eau). La couleur ocre lui sert de parure.
  • Océane est la déesse de l'eau. D'une simple danse, cette reine du mouvement peut contrôler toutes les eaux du monde. Son univers est teinté de vert.
  • Guide des démons fougueux, Yao donne un rythme au spectacle. Il incarne le bien et le mal à la fois, et voit la vie en rouge éclatant.
Au milieu de ces personnages les numéros s'enchaînent entrecoupés de chorégraphies et parades hautes en costumes et lumières. On y trouvera un numéro de cerceau aérien : empreinte de force et d'agilité, cette création se transforme en un ballet aérien des plus exotiques dont émanent la passion et l'énergie de son essence, le feu. Suspendu à son cerceau, l'artiste exécute une chorégraphie évocatrice dans laquelle le cerceau et le corps se fondent dans une danse.

Restons dans les airs avec un pas de deux aériens que l'on pourrait qualifier de " langoureuse danse aérienne ". Un couple enlacé évolue au-dessus de la piste dans une grande bande d'étoffe bleue. Alliant force et souplesse, ils exécutent des figures acrobatiques. Ce numéro fut l'un des 3 numéros du spectacle Dralion présentés au festival International du cirque de Monte Carlo en 2003.

En guise de prélude au pas de deux, quatre jeunes ballerines pirouettent dans les airs. Suspendues à des griffes géantes du décor, elles flottent et virevoltent au-dessus de leurs partenaires.

Le numéro d'équilibre sur cannes met en scène une jeune fille qui, sous son apparence fragile redouble de force et d'agilité. Le temps semble s'arrêter et rares sont les moments où elle touche le sol. Trois jeunes filles présentent le numéro à tour de rôle selon les représentations.

Photo: Al Seib | Costumes: François Barbeau

Photo: Al Seib | Costumes: François Barbeau
Succède un numéro créé de toute pièce par le Cirque du Soleil. Sept jeunes femmes, en pointe, dansent le ballet sur des ampoules électriques. A mi chemin entre la danse classique et la contorsion, ce numéro nous offre des figures inédites. Il est cependant dommageable que les longes de sécurité soient trop souvent tendues pour les voltigeuses.

Inspiré de la tradition chinoise, le numéro d'oriflammes met en vedette six hommes qui manipulent ces espèces de mâts, en parfaite synchronisation. Celles-ci mesurent 4,8 mètres de long et pèsent 7,5 kilogrammes.

Toujours dans la tradition : les dralions. En s'inspirant des danses chinoises traditionnelles du dragon et du lion, le Cirque du Soleil donne une nouvelle dimension au numéro de dralions. Dans ce numéro ils gagnent la piste sur d'immenses boules de bois avant d'y effectuer des pirouettes; cinq autres dralions enfilent les acrobaties au sol autour d'eux.
Un des grands moments du spectacle : Viktor Kee.

Le jongleur captive la foule dès l'instant où il apparaît sur la piste. Sa chorégraphie aux accents de danse moderne met en valeur son incroyable souplesse dans un numéro endiablé.
Faisant preuve d'une dextérité extrême et d'une grande maîtrise de son art, il arrive à jongler avec sept balles à la fois et enchaîne plusieurs cycles avec ces même 7 balles. Outre une excellente technique l'originalité de ce numéro est la mise en scène très recherchée et parfaitement maîtrisée. C'est d'ailleurs ce savant mélange de technique et de chorégraphie qui valu à Viktor Kee un clown d'argent à Monaco en 2003.

Photo: Al Seib | Costumes: François Barbeau

Photo: Al Seib | Costumes: François Barbeau
Le trampoline revu et corrigé ! Des voltigeurs bondissent sur deux trampolines de part et d'autre de l'entrée en utilisant également la toile de fond à la fois comme plongeoir et comme piste d'atterrissage. Ricochant du décor, ils cascadent dans les airs et effectuent d'impressionnantes accélérations lors des traversées d'un trampoline à l'autre.

Le spectacle se conclue par un bon numéro de cerceaux issu de la grande tradition chinoise. Le numéro est ponctué de percussions africaines. Dix Artistes masculins plongent et s'élancent à travers les cerceaux. Ceux-ci sont accrochés à une table; certains demeurent fixes tandis que d'autres pivotent. De multiples passages nous sont offerts dont plusieurs en quatrième hauteur (plus la table). Ce fut le troisième numéro présenté à Monaco en 2003.


C'est avec le salut de toute la troupe composée en majorité de chinois et chinoises que se conclue cette production riche en technique, effet spéciaux, décors, costumes et mise en scène.

Dralion est une toute autre forme de spectacle qui s'éloigne quelque peu des émotions banquistes mais qui s'inclut tout à fait dans l'art circassien.


Source : François Dehurtevent




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com