Alexandre Bouglione 2005 - Chronique du spectacle
Installé pour 3 mois à Bruxelles, Alexandre Bouglione à mis les petits plats dans les grands pour notre plus grand plaisir. La base du spectacle est la même qu'en province mais la mise en scène revue. L'apport d'un Monsieur Loyal en la personne de Pierre Paillé et des clowns Kim et Rony pour les reprises mettent encore plus en valeur l'ossature du spectacle.


L'intérieur du chapiteau donne immédiatement le ton chaleureux voulu pour ce spectacle : grands lustres en forme de têtes d'éléphants, nombreux jeux de lumières permettant des alternances immédiates d'ambiance et de style, un plancher sur l'ensemble du chapiteau ainsi qu'une nouvelle piste surélevé avec tapis coco.


A peine le temps de prendre possession des lieux que le spectacle débute par l'entrée en cage présentée par Nicolas Bouglione. Numéro mixte unique en Europe. Entrent par le tunnel successivement 3 pumas, 2 panthères mouchetées, une panthère noire et un jaguar. Les numéros de panthères se font de plus en plus rare actuellement donc une telle mixité est une aubaine pour les amateurs de félins.

Outres les " tricks " habituels, on peut apprécier un aller retour entre deux tabourets en prenant appuis sur le dos du dresseur, une "comédie" avec un pumas qui s'empare que la cravache de Nicolas Bouglione et qui ne lui rendra que contre un morceau de viande. Le dernier de ces petits félins reprendra la route du tunnel après avoir traversé la piste en sautillant cabré.


Pendant que les hommes de piste s'empressent de démonter la cage, Kim et Rony font leur première apparition pour l'entrée du "Charge, Décharge" avec une malle.

Le petit plus de cette entrée classique vient de la complicité des deux espagnols avec Pierre Paillé, le Monsieur Loyal. Complicité venant du fait qu'ils travaillent ensemble depuis plusieurs années.

Le spectacle étant placé sous le signe du rire, c'est à coup de klaxon que le taxi comique des Gaspar roule en piste. Sur l'histoire d'un pique-nique qui tombe à l'eau à cause de la pluie, le couple et leur major d'homme auront bien du mal à ne pas repartir à pied, la prestation offerte par le taxi n'étant pas "très sérieuse".


Kim et Rony avec l'entrée de la pompe musicale permettront à la troupe Malevolty de mettre en place leur bascule.

Cette troupe Bulgare a déjà voyagé et a de belles références. Une partie ayant travaillé à l'American Circus de la famille Togni et l'autre chez l'allemand Flic Flac.

C'est une présentation typique du genre, sur un rythme endiablé qui nous est proposé. Tous les classiques sont proposés, rattrape au fauteuil, saut périlleux, vrille, rattrape en 3ème puis en 4ème hauteur , le tout sans perche. Egalement présenté un saut périlleux arrière rattrapé sur une véritable barre russe (et non une planche).

Il est très fort possible de retrouver les Malevolty l'année prochaine mais avec une mise en scène totalement différente.


Sur un air de tango et un tapis de lumière, Anouchka Bouglione apparaît dans la pénombre.

Sa toute nouvelle mise en scène (uniquement pour Bruxelles) ne fait que mettre en valeur la technique et le charme de la danseuse aux cerceaux. C'est avec sensualité et élégance qu'elle fait tournoyer les cercles, pour nous emmener dans une danse de quelques minutes. Proposant divers équilibres et grands écarts, la danse se termine avec 3 cerceaux enflammés tournant a grande vitesse pour ne plus en faire qu'un seul.


Kim et Rony reviennent pour un duel de cow-boy, un peu "truqué" et se sauvent sous une pluie de chaussures pour laisser place à Jenny, guidé en douceur par Nicolas Bouglione.

La présentation d'un éléphant mâle est très rare sur les pistes, les exercices sont basiques mais le publique est toujours satisfait de voir évoluer un pachyderme, profitons-en, un jour peut-être ...

Le dernier tabouret n'étant pas encore enlevé que Carlos passe dans le publique pour inviter ses musiciens d'un soir. Le chef d'orchestre tente une répétition individuelle, pas toujours facile à mener avec de tels instruments. Le final n'est pas forcement à la hauteur de ses espérances mais tout se termine en éclats de rires et c'est bien cela l'essentiel !
Pour l'avoir vu à de nombreuses reprises, Carlos est un véritable clown d'improvisation qui rebondit, avec à propos sur les réactions des spectateurs.

Kim revient vêtu d'un grand imper en suggérant l'exhibitionnisme. Tout cela pour finalement nous annoncer avec humour les 20 minutes de pause traditionnelle.


Pour redonner le rythme du spectacle la troupe Malevolty revient cette fois habillés en bagnards pour un chari-vari endiablé sur fond de dispute de prisonniers.

Heureusement Carlos viendra mettre de l'ordre pour tout faire rentrer dans l'ordre et laisser la piste libre au Hollandais Carlos Caras pour une démonstration de haute école sur le thème d'une danse andalouse.

La gracieuse Elena Troukynik apparaît dans la lumière de la poursuite pour se hisser à la coupole sur son trapèze ballant. Dans un premier temps une série d'équilibre fixes et ensuite des lâchés à grande vitesse. Une vrille rattrapée par les genoux ainsi qu'une rotation autour du trapèze rattrapée par les talons. Cette belle artiste russe nous propose un bon numéro de la spécialité et présente déjà de belles références (Barum, Medrano). Avant d'être en solo Elena faisait son numéro avec ses deux sœurs. Numéro qui pouvait être applaudi sous le chapiteau Bouglione en 1992 à Bruxelles.

Restons dans les airs avec l'entrée clownesques des oiseaux proposée par Kim et Rony, un couple d'oiseaux bien proches de ce que l'on peut trouver chez nous les humains : le jeu de la séduction ou finalement l'argent reste le maître mot. Cette entrée se rapproche du théâtre muet et est peut-être moins accessible aux enfants mais elle nous permet d'apprécier le talent de ce très bon duo qui peut aller du rire aux larmes.


Le dernier numéro du spectacle, et non des moindres est le trio Gaspar. Présent au dernier festival de Monaco et revenant des Etats-Unis d'une tournée chez Vargas, cette troupe de "rola rola" est composée du père et de ses deux fils. Il est actuellement rare de voir un trio présenter ce style de numéro, c'est pourquoi il est d'autant plus appréciable de les voir effectuer les exercices simultanément. Reinaldo Monteiro conclue le numéro par un tour complet en 8ème hauteur.

Comme le veut la tradition les clowns jouent un morceau du musique, préambule au final qui permettra à l'ensemble de la troupe de saluer le publique qui le lui rend bien.




C'est donc dans un écrin soigné, avec un programme cohérent et de qualité que le cirque Alexandre Bouglione ravira les spectateurs jusqu'au 6 décembre avant de regagner son quartier d'hiver.

Sans aucun doute si vous voulez voir Alexandre Bouglione c'est à Bruxelles qu'il faut aller !!!





Source : François Dehurtevent




Sébastien BERNARD - Collections - collections@aucirque.com
François DEHURTEVENT - Photographe - francois@aucirque.com
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - jean-pierre@aucirque.com
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - web@aucirque.com
Julien MOTTE - Newser / Agenda - julien@aucirque.com
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - jean@aucirque.com
Patrick PREVOST - Newser - patrick@aucirque.com