Le cirque Pinder jongle aussi avec les chiffres !
En alliant depuis 28 ans tradition et innovation, Gilbert Edelstein a fait de Pinder le numéro 1 des cirques français, la référence. La tournée 2011, La féerie sur piste, en est la meilleure des preuves...

Frédéric Edelstein ajoute à sa fonction de directeur du cirque celle de dresseur, sa compagne Sophie et le lion Clarence, 300 kg de muscle


En alliant depuis 28 ans tradition et innovation, Gilbert Edelstein a fait de Pinder le numéro 1 des cirques français, la référence. La tournée 2011, La féerie sur piste, en est la meilleure des preuves.

Gilbert Edelstein a aussi eu la bonne idée de confier la direction artistique du cirque à sa fille Sophie et la responsabilité du chapiteau à son fils Frédéric. Ce dernier ne se contente pas de cette fonction, puisqu'il présente également un numéro face à 16 fauves, numéro unique au monde. Ce qui ne l'empêche pas d'être en tête du convoi long de 4,5 km qui permet aux 33 semi-remorques de l'entreprise itinérante qu'est le cirque Pinder, d'aller de ville en ville : "Durant les deux mois d'été, on monte le chapiteau le matin et on le démonte le soir même pour le replanter 50 où 100 km plus loin. Nous sommes les seuls à réaliser cette prouesse, évidemment à taille comparable... ".

C'est aussi Frédéric Edelstein qui trace l'emplacement du dit chapiteau (36 m x 42 m), de la ménagerie, qui définit les emplacements des caravanes, avant de passer le relais aux 27 monteurs, de véritables artistes. Le montage du chapiteau jaune et grenat est un spectacle qui draine d'ailleurs de nombreux aficionados du cirque.

Le duo Solys découvert sur M6 dans La France a un incroyable talent


Le cirque Pinder, c'est une ville dans la ville, une institution qui pourrait vivre en autarcie : 147 personnes, dont une trentaine d'artistes, une quinzaine de nationalités. Plus concrètement, pour assurer les déplacements il faut, tous les dix jours, 7 500 litres de gas-oil et pour faire fonctionner les groupes électrogènes 5 000 litres de fioul.

Pendant la même période, pour les animaux (plus de 100 dont 20 fauves) : aux 4,5 tonnes de viande, vous ajoutez 2,5 tonnes de son, d'avoine, de granulés, 5 palettes de fruits, de carottes, 250 bottes de paille, 150 de foin : "Quand on traduit tout cela en chiffres c'est simple, précise Frédéric Edelstein, le matin quand je me lève je sais que la journée me coûte 28 000 €, que le spectacle ait lieu ou pas. Aujourd'hui le cirque se gère comme une entreprise... ".

C'est d'ailleurs pour cela que Pinder se porte bien et, surtout, parce que l'on n'a pas oublié de conserver la part de rêve dont il est porteur. Le spectacle 2011 en est la démonstration concrète, à voir absolument.

Retrouvez toute la tournée du Cirque Pinder dans notre rubrique agenda
Source : Ma Ville.com