Flamboyant, mais pas époustouflant
Les frissons que suscitent habituellement les productions du Cirque du Soleil ne sont pas au rendez-vous dans la nouvelle version de Dralion...

Les frissons que suscitent habituellement les productions du Cirque du Soleil ne sont pas au rendez-vous dans la nouvelle version de Dralion, une version semi-impressionnante, qui épate davantage par son contenant que par son contenu !

Le Cirque du Soleil a débarqué à Québec pour une série de neuf représentations, au Colisée Pepsi. On nous ramène Dralion dans une nouvelle version, dont l'enrobage porte fièrement la griffe du Cirque du Soleil dans un tape-à-l'œil impressionnant et d'un grand raffinement.

La nouvelle mouture du spectacle créé voilà déjà presque 15 ans est certes rafraîchissante, mais ne fait pas du tout le poids face aux récentes productions de tournée comme Totem et Ovo.

Ceux qui n'ont jamais vu un spectacle du Cirque du Soleil y trouveront peut-être leur compte, mais ceux qui ont été impressionnés par les plus récentes productions seront laissés sur leur appétit. Oubliez les performances à couper le souffle pourtant propres à l'univers du cirque, qu'il soit du soleil ou d'ailleurs.

  • Trop de clowns

    D'abord, on assiste à une surcharge de numéros de clowns, avec toujours les mêmes personnages qui arrivent difficilement à nous décrocher un sourire avec leurs numéros sans imagination. En réduisant leur présence, on aurait pu ajouter des performances vraiment excitantes…

    La production aux couleurs asiatiques, qui réunit une cinquantaine d'artistes, arrive difficilement à nous toucher dans cet enchevêtrement de numéros pas toujours convaincants.

    La première performance à susciter vraiment l'approbation du public proviendra d'une nouvelle artiste − originaire de Québec −, qui fera enfin réagir la foule en deuxième partie avec son numéro de cerceau aérien qui l'amène à tournoyer sur elle-même à une vitesse folle.

    Mais le seul moment fort de la soirée viendra en finale, avec la formation d'une pyramide humaine s'exécutant à la corde à danser. Il n'en faudra pas plus pour réconcilier la foule, qui se lèvera avec enthousiasme.

  • Artistes chinois à découvrir

    Le trampoline prend une nouvelle forme spectaculaire, mais, encore là, les performances de groupe n'ont rien d'époustouflant. Ce qui est étonnant, c'est que, par tradition, les artistes chinois ont fait la ­démonstration qu'ils pouvaient être des artistes de cirque hors du commun, une caractéristique qui n'apparaît pas évidente dans ce spectacle qui leur est pourtant dédié.

    Les points positifs de Dralion : son grand raffinement, des costumes bien sûr flamboyants, une musique toujours interprétée live et sa scène rapprochée, qui recrée presque l'illusion du chapiteau.

Voir la vidéo des coulisses :

Source : Le Journal de Québec