Un vrai mercato pour Monsieur Loyal
Monsieur Loyal ne fait pas rêver comme les acrobates. Il a trop les pieds sur terre. Mais quand Monsieur Loyal démissionne, le cirque perd pied justement...

Monsieur Loyal ne fait pas rêver comme les acrobates. Il a trop les pieds sur terre. Mais quand Monsieur Loyal démissionne, le cirque perd pied justement. Demandez à Pinder. L'an dernier, la troupe a perdu son inamovible présentateur en queue-de-pie, parti chez Bouglione.

Toute une affaire et l'ouverture d'un vrai marché des transferts. Pour le remplacer Pinder a déniché Christophe Traux chauffeur de salle de Julien Lepers sur France 3.

"On ne s'improvise pas Monsieur Loyal. C'est lui qui travaille le plus, finalement" reconnaît on chez Pinder.

Face à cette pénurie, le Festival International du Cirque de Massy (Essonne) qui a fêté ses 20 ans jeudi, a fait sortir de sa retraite la star du métier, Sergio, ancien taulier de Bouglione, de Monaco et même de Barnum, qui vient d'écrire ses mémoires, "Loyal, mais jusqu'où ?" chez Calmann-Lévy.

Pour le Festival de Massy, Sergio a accepté d’enfiler une nouvelle fois son mythique costume rouge

Pourquoi est-ce si difficile de faire patienter les spectateurs entre deux numéros ?

Sergio. Je ne suis pas là pour critiquer (sourire) mais vous êtes chargé de maintenir le tempo du spectacle. J'ai fais le Conservatoire, je suis de la même promo que Francis Huster et Jacques Weber. Je viens quand même un peu du théâtre classique, j'ai fais aussi de la danse. Quand je suis arrivé dans le métier, le maître de cérémonie était un peu guindé. Moi je présente le cirque comme on présente une revue.

Trouver un bon Monsieur Loyal, mission impossible ?

Certains ont renoncé. Le cirque Phénix, lui préfère une simple voix off. Chez Gruss c'est Alexis le patriarche, qui vous introduit directement dans sa famille. Signe que les candidats, en général des comédiens, comme celui du Festival Mondial du Cirque de Demain ne se bousculent pas. Loyal, mais presque introuvable.
Source : Le Parisien.fr