Un spectacle fou, fou, fou

Cette édition du cirque Gruss, baptisée "Un Autre Monde", marque les esprits. Avec des nouveaux numéros qui enflamment la piste et un savant dosage entre tradition et modernité...

Cette édition du cirque Gruss, baptisée "Un Autre Monde", marque les esprits. Avec des nouveaux numéros qui enflamment la piste et un savant dosage entre tradition et modernité. Retenez votre souffle !

>>>>>Voir l'album photos d'Arras

Il y a des moments, comme ça, où quelque chose se passe... Après plusieurs éditions où le cirque Gruss continuait de ravir son public, toujours de belle manière, cette fois les numéros décollent, enflamment le public, créent une magie particulière. Il y a d'ailleurs des signes qui ne trompent pas. "Cette année, depuis la tournée, nous faisons quasiment le plein à chaque représentation (92 % de taux de remplissage en moyenne)", confiait Gilbert Gruss, le patron, avant la première lilloise.

Après les deux heures de représentation, on comprend mieux l'engouement du public. Comme dans tout bon spectacle, tout va bien sûr crescendo, avec une première partie qui fait la part belle à la tradition pour laisser la seconde ouvrir des portes à la nouveauté, au futur, à la démesure. Une alternance de moments touchants, magiques, ou plus rythmés qui donnent le bon tempo du spectacle. Avec en prime le bonheur de côtoyer, vraiment, "un autre monde" comme nous le promet cette nouvelle tournée. Mais revenons au spectacle : au début, donc, ce sont les animaux, les tigres, qui entrent en scène pour un numéro de dressage très classique.


Des chiens qui donnent le tournis

Des animaux rejoints quelque temps plus tard par les chevaux - toujours un clin d'oeil à la tradition - la passion de la famille Gruss. Sauf que cette fois, ce sont d'autres animaux, plus incontrôlés, qui enflamment vraiment le public : les chiens de Rosi, une Autrichienne, très facétieuse, comme ses protégés, toujours prompts à donner le tournis aux amateurs. Entretemps, toujours en première partie, des jeux d'équilibre, sur échelle et dans les airs, confirment aussi le talent des artistes du cirque. Une première partie où le cirque Gruss fait aussi entendre sa différence, avec un orchestre "vrai de vrai", et un jeu de lumières plutôt intéressant.

Là encore, les grands moyens sont au rendez-vous, avec cette fois un investissement de 750 000 €. Un engagement à la hauteur de l'ambition du cirque Gruss qui croit toujours en son étoile et en cette piste qui fascine tant. Ce qui ne l'empêche pas de se tourner vers l'avenir, irrémédiablement.

Et dans ce cadre-là, le cirque Gruss fait fort. Avec quelques numéros d'anthologie en seconde partie. Comme celui d'un illusionniste, avec une femme coupée en deux, où les spectateurs retiennent vraiment leur souffle. Du grand art ! Ou le numéro où Rosi, de retour, lorsqu'elle nous embarque avec son cheval qui lui en fait voir de toutes les couleurs. Pour notre plus grand plaisir. Il ne faudrait pas oublier le final avec ces motards fous furieux, enfermés dans une bulle d'acier. Là encore, un déluge de décibels et de furie impressionnant. On en redemande.
Source : La Voix du Nord




Sébastien BERNARD - Collections - [email protected]
François DEHURTEVENT - Photographe - [email protected]
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - [email protected]
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - [email protected]
Julien MOTTE - Newser / Agenda - [email protected]
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - [email protected]
Patrick PREVOST - Newser - [email protected]