Valérie Fratellini et l'Académie Fratellini
Fondée en 1975 par Annie Fratellini et Pierre Étaix, l'Académie Fratellini est la plus ancienne école de cirque en France. Elle est devenue un Centre de Formation d'Apprentis en 2000..

Interview de Valérie Fratellini fille d'Annie Fratellini et du cinéaste Pierre Granier-Deferre, mais aussi et surtout directrice adjointe et directrice pédagogique de l'école depuis 2007.

En 1975, malgré votre jeune âge, étiez-vous impliquée dans la création de l’école ?

Absolument, parce que c’est un peu à cause de moi. J’avais 15 ans et je voulais faire du cirque. J’ai découvert le cirque à l’âge de 12 ans.

Ma maman s’est remariée avec Pierre Etaix en 1969. Pierre et Annie ont commencé à faire une entrée de clown et à travailler chez Pinder. Quand ils sont rentrés de tournée j’ai dit "moi, je veux faire du cirque, où on peut en faire, avec qui ?" Il n'était pas question pour Annie d'enseigner quoi que ce soit, elle n'était pas du tout branchée cirque [ndlr : malgré la longue lignée des Fratellini, dont elle s'était éloignée], elle était d’abord musicienne et comédienne. C’est Pierre qui l’a ramenée dans le giron du cirque, en clown. Et donc en 1975 j’ai été la première élève de leur école.


Mais vous vous êtes éloignée de l'école ensuite

C’est Annie qui a dirigé l’école et à son décès, en 1997, je n’ai pas repris le flambeau. J'ai conçu une école de voltige chez moi près de Beauvais. Puis, il y a quatre ans, Coline Serreau, qui était présidente de l'école, m'a demandé de prendre l’intérim quand l'ancien directeur est parti.


Quels types de profils recherche le Cfa de l'Académie Fratellini ?

Il est ouvert à des personnes qui ont déjà appréhendé le cirque dans une école préparatoire (école amateur ou une école comme Balthazar à Montpellier, Châtellerault, Chambéry, Bordeaux…), et puis c’est surtout des gens qui ont des projets, qui ont un projet de vie, qui sont curieux.

Le 21 mars, les 6 élèves de 1ère année ont présenté "Tchik et Tchoc"...

Chaque année, les élèves de 1ère année sont pris en main par un créateur, ils créent ensemble une petite forme. Ce qui a donné naissance cette année à Tchik et Tchoc, avec Jérôme Thomas, ancien élève de Fratellini, jongleur et conseiller artistique de l'école pour les 3 ans à venir. Ils sont 6 apprentis, il n’y a pas d’agrès, que du jeu, de la danse, de l’acrobatie. Cette petite forme ça fait partie de leur temps professionnel, ils vont beaucoup jouer Tchik et Tchoc sur le territoire.

Que deviennent les élèves à leur sortie de l'école ? Ils vont surtout vers le cirque contemporain ?

Le but c'est qu'ils travaillent, que ce soit dans le cirque contemporain ou traditionnel. Et pour travailler, il leur faut un numéro.
On ne forme pas des artistes ici, on leur donne de la nourriture, ils mangent, ils savourent. A moi de leur expliquer que pour moi le cirque c'est un art avant tout, mais il y a plein de façons de l'aborder cet art. Quand ils sortiront il faut d'abord qu'ils travaillent, ensuite ils digéreront et en digérant ils feront.
Source : Etudiant de Paris.fr