Un clown mime pas comme les autres sur scène à Cognac
Quand Julien Cottereau était petit, les gens se bidonnaient déjà autour de lui. "Dès que je pouvais avoir une scène je dansais. J'adorais me déguiser et faire rire, alors que j'étais assez timide...

Quand Julien Cottereau était petit, les gens se bidonnaient déjà autour de lui. "Dès que je pouvais avoir une scène je dansais. J'adorais me déguiser et faire rire, alors que j'étais assez timide et introverti". Une école de théâtre et une dizaine d'années passées au Cirque du Soleil en tant que clown mime plus tard, le jeune homme tourne aujourd'hui avec son spectacle solo. Il présentera "Imagine Toi" samedi à L'Avant-Scène de Cognac (Charente).

Êtes-vous un clown avec un nez rouge, un noeud papillon et du maquillage ?

Il existe encore celui-là ? Le clown bariolé fait peur aux enfants en général ! Je suis assez loin de ça, même si j'ai un costume parce que la scène c'est un endroit sacré, en dehors de la réalité. Aujourd'hui quand on dit clown, c'est encore beaucoup considéré comme une insulte. Pour moi c'est un sage qui est resté enfant.

Comment définissez-vous votre métier ?

Le mime, c'est comme les enfants qui se créent des univers à partir de rien. C'est faire des petites devinettes qui mettent tout de suite les gens en éveil. Le clown, c'est une passerelle entre plusieurs arts. Il faut être auteur pour écrire un numéro et utiliser sa faculté d'observation. Il faut être comédien pour que les gens croient aux situations. Il faut être danseur parce que c'est le geste qui exprime l'histoire. Enfin, il faut être musicien, puisqu'il faut savoir évoluer dans le bon tempo.

Que raconte votre spectacle "Imagine Toi" ?

Ce sont plusieurs petites histoires qui constituent une trame unique. Je suis un petit personnage exploité par un ogre pour faire le ménage. Mais quand il a le dos tourné, j'en profite pour me moquer de lui et faire des pitreries.


Quelle place occupe le public ?

C'est ma spécialité de faire participer le public, déjà au cirque je choisissais des gens au hasard dans la salle. Ce spectacle est un passeport pour connaître les gens, à chaque fois je joue différemment en fonction du public pour que ce soit spontané. Il faut que les gens sentent que je suis là pour eux.

Que retirez-vous de ces échanges ?

Je peux amener des gens de différentes classes sociales, d'âge ou qui n'ont pas l'habitude d'aller au théâtre dans un monde où tout le monde est d'accord. On n'a pas besoin de connaître Chaplin ou Buster Keaton pour rire.

Est-ce contagieux ?

J'ai envie de donner le clown aux gens. C'est un moyen de transformer tout ce qui est mauvais en quelque chose de moins grave. De toujours avoir la faculté d'en faire du rire, et surtout de rire de soi-même, c'est ça qui est le plus dur.

Samedi à 20h30, grande salle du théâtre de Cognac, durée 1 h 20, tarifs de 6 à 20 €.
Source : Charente libre




Sébastien BERNARD - Collections - [email protected]
François DEHURTEVENT - Photographe - [email protected]
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - [email protected]
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - [email protected]
Julien MOTTE - Newser / Agenda - [email protected]
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - [email protected]
Patrick PREVOST - Newser - [email protected]