Profession : artiste de cirque
Il était une fois un cirque qui avait décidé de partir au bout du monde pour s’abreuver de nouvelles cultures et d’horizons lointains...

Il était une fois un cirque qui avait décidé de partir au bout du monde pour s’abreuver de nouvelles cultures et d’horizons lointains. Un cirque originaire de la Catalogne, au nord de l’Espagne. Inlassablement depuis les années 80, la famille Raluy, accompagnée de sa troupe d’artistes, plante son immense chapiteau aux quatre coins de notre petit caillou de l’Océan Indien.

À l’origine de cette tradition, Luis, le fondateur du cirque. Venu dans les années 60 lors d’une tournée dans tout le bassin africain, ce dernier "craque" pour la Réunion. "Suite à ce premier voyage, il a monté son propre cirque et initié des représentations régulières ici. Aujourd’hui, c’est comme notre deuxième maison", raconte Louisa Raluy, sa petite-fille. Depuis sa plus tendre enfance, cette dernière passe des séjours réunionnais de plusieurs semaines, le temps d’une tournée. Cette année, elle et sa troupe ont débarqué en juin et ne lèveront le camp que fin septembre.

Comme tous les enfants du cirque, ils sont une dizaine aujourd’hui, Louisa s’est arrêtée sur les bancs des écoles où la troupe Raluy posait ses valises. "J’ai mes meilleures amies ici", sourit la jeune femme. Loin d’être un handicap, cette vie l’a enrichie de mille expériences extraordinaires. Louisa parle 8 langues couramment. Dans un français où l’on sent à peine poindre l’accent de sa péninsule, elle évoque le quotidien des artistes : "Ici, il y a une quarantaine de personnes de toutes les nationalités. Des Espagnols, bien sûr, mais aussi des Anglais, des Polonais, des Marocains, des Colombiens, des Allemands, des Chiliens... on trouve tous un moyen de communiquer, dans une langue ou l’autre !"

Voir la vidéo :


Un spectacle pour toute la famille

L’après-midi, ce sont les répétitions. Les filles de Louisa, 17 et 19 ans, s’entrainent pour leur numéro de funambule. Tout en grâce et en douceur, elles font voler les cerceaux, montent sur des monocycles pédalent à toute vitesse pour ensuite sauter un obstacle au dernier moment. Encore et encore, elle répètent jusqu’à trouver le mouvement parfait. Très professionnelles malgré leur jeune âge, elles s’inquiètent de la beauté de leurs figures, de la fluidité de leurs gestes. De l’autre côté de la piste, William, marié à l’une des petites-filles du fondateur du cirque, surveille les répétitions.

À moins de quarante ans, cet Italien fait partie du cirque depuis déjà 18 ans. Aujourd’hui, il a laissé ses numéros de jongleur et d’équilibriste pour se concentrer sur la programmation. Cette année, il mise sur des numéros grand public de haute qualité pour séduire les Réunionnais. "On a plein de nouveautés qui sont très appréciées ici. On a spécialement adapté nos numéros pour le public réunionnais. Parmi ces nouveautés, il y a par exemple des équilibristes originaires d’Australie. C’est un papa et ses fils, très connus dans le milieu", explique-t-il. Les plus petits pourront se régaler avec un numéro de haute voltige, spécialement concocté par Spiderman ainsi que les traditionnels spectacles de clown et de jonglerie. Également à découvrir "Mister Duban", en provenance de Colombie. "C’est l’un des meilleurs artiste de trampoline du moment", assure Lousia.

Reportage : Anne Mariotti
Source : Clicanoo