La vie hors de la cage d'un dompteur qui mène le cirque Pinder à la baguette
Sur la piste, il ne lance que des mots brefs, en anglais et en allemand, pour commander ses fauves. Quand il sort de la cage, Frédéric Edelstein est un grand bavard...

Sur la piste, il ne lance que des mots brefs, en anglais et en allemand, pour commander ses fauves. Quand il sort de la cage, Frédéric Edelstein, le dompteur-directeur du cirque Pinder est un grand bavard. Entre deux représentations d'hier à Béthune, rencontre en coulisse d'un artiste qui est aussi le chef d'une PME de 147 personnes.

Il s'est levé à 5 heures à Saint-Quentin. Au volant d'un camion américain, un Kenworth W900L, Frédéric Edelstein a pris la tête du convoi de 4,5 km de semi-remorques et de caravanes en route vers l'étape béthunoise. "En été, on change de ville tous les jours et c'est tous les matins comme ça", raconte-t-il en caressant Gucci, un croisé de spincher et chihuahua qui a longtemps tourné entre les pattes des éléphants mais dont ses lions ne feraient qu'une bouchée : "Je lui interdis de s'en approcher".

"En arrivant, je prends ma chaîne d'arpenteur. C'est moi qui détermine les emplacements", poursuit-il en expliquant qu'il se refuse à déléguer cette fonction : "le malheureux à qui je demanderai de me remplacer serait mal-aimé de tout le monde. Quand c'est le fils du patron qui le dit, tout le monde se plie". Le chef monteur prend alors le relais pour faire respecter la priorité du directeur opérationnel : que toutes les bêtes disposent d'enclos extérieurs et ne restent pas confinées dans les camions.


"Au cirque, il n'y a pas de lassitude pour les animaux", assure Frédéric Edelstein en expliquant que, contrairement au zoo, entre les haltes à la montagne et les étapes à la mer, leur environnement se renouvelle perpétuellement. "Achille Zavatta disait que nous avons la plus belle vie du monde : notre jardin est différent tous les matins", poursuit un enfant de la balle qui apprécie davantage le décor de la place du Général-de-Gaulle que celle de la place du 8-Ter.

Le site a marqué l'histoire de la famille. "C'est à Béthune, en juin 1983, que mon père est devenu le patron du cirque Pinder", s'attendrit-il en composant le numéro de téléphone paternel pour partager ce moment d'émotion. "C'était le 23 juin", confirme Gilbert, le patriarche, toujours actif dans la région parisienne, à Perthes-en-Gâtinais, où il s'apprête à créer un "Pinderland". "J'étais accompagné par un syndic des faillites. J'avais racheté les cinq enseignes de Pinder-Jean Richard pour 5 millions de francs".

Aujourd'hui, c'est en euros que son fils compte la recette pour faire tourner l'entreprise. "Nous avons 28 000 € de frais par jour", indique-t-il en énumérant les salaires de 147 personnes - essentiellement des Moldaves, des Polonais et même des Philippins pour la manutention -, la facture du pompiste, les frais de bouche des bêtes et des gens. L'approvisionnement doit être assuré en temps et heure. Le directeur veille à ce que tous les rouages fonctionnent. "Je suis l'adjudant de batterie. J'ai passé un an dans un régiment de parachutistes. C'est grâce à ça que je peux faire ce métier".

Le rêve américain


Le gestionnaire, qui est aussi l'artiste tête d'affiche de la tournée, n'oublie pas qu'à 14 h 30 il devra entrer en piste. Et qu'à 20 h, il recommencera. "Entre les deux représentations, j'essaierai de faire une heure de sieste", espère-t-il. Si son portable l'y autorise, ce petit somme lui permettra de rêver à son prochain numéro, peut-être sous la toile de Barnum aux États-Unis. "J'aime les Américains pour leur côté grandiose. Je suis comme Johnny qui a su ramener de là-bas ce qui a fait son succès. Dans un an ou deux, je me vois descendre dans la cage à la manière d'une entrée en scène de Johnny".
Source : Nord Eclair




Sébastien BERNARD - Collections - [email protected]
François DEHURTEVENT - Photographe - [email protected]
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - [email protected]
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - [email protected]
Julien MOTTE - Newser / Agenda - [email protected]
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - [email protected]
Patrick PREVOST - Newser - [email protected]