Beau spectacle du cirque Chnopf
Souboz fut, faut-il le rappeler, est le village où Chnopf a donné son premier spectacle en français. Un événement vécu en 1994...

Souboz fut, faut-il le rappeler, est le village où Chnopf a donné son premier spectacle en français. Un événement vécu en 1994, qui a créé des liens et qui se répète chaque année. Aussi le public était-il heureux, vendredi dernier, de revoir "son" cirque sur la place qui lui a été attribuée en 2004.

Et de le retrouver sous le nom de "Chnopf", en dialecte : enfant, bouton, puisque l’appellation "Cirque de Loin" a été abandonnée après deux saisons.

Mélange farfelu de cirque, de théâtre et de musique, la 23ème production de Chnopf surfe entre rêve et réalité, dans un monde où l’humour et la fantaisie font échec aux difficultés. Une petite fille partie à la recherche de sa maman constitue le fil rouge de l’histoire.


Sur la scène établie en plein air, plantée de roulottes blanches, d’un grand rideau et de l’orchestre surélevé, se succèdent les folles poursuites et les moments d’émotion. Le divan à roulettes se transforme en prison, une porte escamote des personnages qui réapparaissent à l’opposé et s’offrent un tour de piste en tricycle, avant d’escalader un mât et de s’échanger des objets d’un toit jusqu’à l’autre.

On applaudit les performances au trapèze, sur la planche d’équilibre, on suit des yeux les acrobates défiant les lois de l’équilibre, ainsi que l’artiste qui grimpe au "tissu", s’enroule puis se déroule magiquement. Sur un rythme rapide les péripéties s’enchaînent, l’orchestre accompagne les personnages dont le costume et le maquillage soulignent l’authenticité.

La petite fille retrouvera-t-elle sa maman ? En tout cas, elle aura vécu moult aventures. Et c’est déjà le moment des saluts. Ils sont huit seulement, presque tous nouveaux, artistes professionnels ou apprentis, qui ont fait vibrer les spectateurs et donné du bonheur aux petits comme aux grands.
Source : Le Journal du Jura