Québec peut devenir "complètement cirque"
Flip Fabrique est une troupe de Québec promise à un très bel avenir. Le seul problème, c’est que je ne suis pas sûr qu’on va pouvoir les voir souvent dans la capitale. Pas seulement parce que le succès va les rattraper. Tout simplement parce qu’il n’y a pas de salle pour ça. Pas encore. Le Diamant devrait y remédier. Espérons.

Le théâtre s’invite de plus en plus au cirque. Attrape-moi en était une belle preuve puisque le spectacle est basé sur les retrouvailles d’une gang d’amis au chalet dix ans après avoir gradué. La mise en scène d’Olivier Normand, amusante et pleine d’inventivité, permettait de faire les liens entre les numéros, mais aussi d’illustrer la trame narrative sans que ce soit trop appuyé.

Je pense à ce très beau numéro de sangles où Hugo Ouellet Côté survole ses collègues qui consultent un album photo de leurs séjours passés. Touchant. Les touches d’humour aussi parsemées un peu partout.

Nos six acrobates-jongleurs n’hésitent pas à recourir aux clowneries, tout en était d’une diabolique habileté. J’ai été épaté. Mes trois enfants et ma blonde aussi, qui avaient des étoiles dans les yeux et le sourire ravi.

Mais ça reste d’abord et avant tout du cirque contemporain. Les représentations d’Attrape-moi avaient lieu à la Caserne Dalhousie où, de toute évidence, la troupe était à l’étroit même si ses membres s’en sont tirés avec beaucoup d’éclat. Ce qui pose les limites de présenter des numéros de cirque dans des salles de théâtre — lors des représentations de Traces, des 7 doigts de la main, à la Bordée, les acrobates devaient parfois s’élancer à partir des coulisses!



Vous me direz que le Cirque du Soleil se déplace avec son chapiteau ou se produit au Colisée. D’accord. Mais je préfère un cirque de proximité, à dimension humaine, qui mise autant sur les émotions que la performance. Pas ces espèces de fourre-tout tape-à-l’œil devenu trop gros. Mais je m’égare.

Donc, nous avons ces six jeunes doués issus de l’École de cirque de Québec qui veulent marcher dans les pas des 7 Doigts ou du cirque Éloize. Mais on se demande bien où on pourra revoir ce spectacle à Québec. C’est là que le Diamant pourrait être utile. Robert Lepage mentionnait d’ailleurs que le plateau à l’européenne de ce nouveau théâtre à place D’Youville permettrait d’accueillir du cirque.

Les gens de Québec ont le goût du cirque. À chaque fois qu’un spectacle est présenté ici, il fait salle comble. Ce serait bien d’en avoir plus. Je verrais bien un petit festival sur le modèle de Montréal complètement cirque.

Qu’est-ce qui empêcherait, d’ailleurs, de profiter du séjour des troupes à ce festival pour les inviter à se produire dans la capitale? Et pourquoi pas pendant le Festival d’été de Québec — ce sont les mêmes dates —, qui pourrait diversifier son offre de spectacles?

Source : La Presse.ca