Saltimbanco, pour une toute dernière fois

Après 20 ans de tournée autour du monde, Saltimbanco sera présenté pour la dernière fois en décembre, à Montréal...

En attendant, faisons un tour dans les coulisses de la production, à Boston.

À l’intérieur du Aggadis Arena, l’équipe de Saltimbanco, du Cirque du Soleil, est déjà au travail. Il est 13 h et la troupe se produira dans sept heures devant la foule de Boston. Même si le spectacle est sur ses derniers miles, la routine suit son cours.

Sur la scène colorée, les acrobates commencent à s’entraîner, alors qu’en coulisse, certains appliquent déjà les bases de leur maquillage. Il y a six mois, on a appris à l’équipe que Saltimbanco prendrait fin en décembre.

Pour la directrice artistique du spectacle, la Montréalaise Neelanthi Vadivel, il n’était pas question de s’asseoir sur ses lauriers. "Il faut continuer à se développer, indique-t-elle, assise à quelques pas de la scène. C’est important de continuer à nourrir les artistes."

Pour ce faire, les acrobates peuvent suivre des entraînements particuliers pour développer d’autres facettes de leur talent ou être conseillés sur une transition de carrière. Les artistes de cirque sont donc habitués à marcher sur la corde raide et à faire face à l’inconnu. Chaque année, ils doivent renouveler leur contrat.

"On se tient en forme, explique Yannick Blackburn, 30 ans, spécialiste du mat chinois. On continue de s’entraîner parce qu’on ne sait pas ce qui nous attend après Saltimbanco. On est fébriles. Le cirque, c’est un petit monde", poursuit un des cinq Québécois de la troupe. La précarité d’emploi est grande dans le milieu.

De son côté, Luis Lopez, qui présente un des numéros les plus appréciés du spectacle, les boleadoras, une danse rythmique argentine, fera peut-être son dernier tour de piste à Montréal.

"Je ne veux pas abandonner le spectacle, mais la tournée, c’est difficile mentalement et physiquement, raconte l’homme de 48 ans, qui a quitté son Argentine natale pour s’installer au Québec il y a 25 ans. Mon aventure se terminera d’une belle façon, à la maison", souligne-t-il, avant de se rendre à son rendez-vous avec le physiothérapeute.

Le musicien Serge Maheux fait partie de l’aventure depuis sept ans. Avant de se joindre au cirque, le percussionniste a fait cinq ans de musique sur des bateaux de croisière. Au cours des 12 dernières années, celui qui a participé à 1 800 spectacles de Saltimbanco estime avoir été à Montréal cinq mois… tout au plus.

"Ça va faire drôle. Je vais revenir à Montréal sans avoir nulle part où partir, indique-t-il. Je ne sais pas encore ce que je vais faire en janvier."



En 1992, Saltimbanco a complètement révolutionné le monde du cirque et a défini le style du Cirque du Soleil, qui présente depuis des spectacles avec une trame narrative et des personnages qui allient acrobaties, musique, théâtre et danse. "Saltimbanco est le spectacle qui a donné la piqûre du cirque à plusieurs artistes", souligne Neelanthi Vadivel.

Vingt ans après sa création par Franco Dragone, le spectacle a évolué, mais a gardé son caractère festif. Et très humain.

"L’important, dans Saltimbanco, ce sont les artistes, insiste la directrice artistique, qui décrit cette production comme la plus colorée du Cirque du Soleil. On n’a pas de gros éléments tape-à-l’œil, de scène qui bouge, de pyrotechnie, etc."

Les 51 artistes ont d’ailleurs leur mot à dire à l’intérieur de la structure de l’œuvre, qui permet beaucoup d’improvisation. "C’est ce qui a permis au spectacle d’évoluer en 20 ans", reconnaît Mme Vadivel, sur Saltimbanco depuis trois ans.

Pour Yannick Blackburn, Saltimbanco rime avec liberté. Depuis cinq ans, l’acrobate originaire de Chicoutimi se glisse dans son personnage et s’éclate le soir venu. "Sur scène, on est complètement libre", dit-il.

Le 30 décembre, le rideau tombera pour la dernière fois sur Saltimbanco. Les clowns seront sûrement tristes, mais d’ici là, les artistes comptent bien profiter pleinement des 40 dernières représentations.

Succès planétaire

En 20 ans, Saltimbanco est le spectacle du Cirque du Soleil qui a le plus voyagé.

200 villes visitées dans 48 pays et sur 5 continents.
6 000 représentations devant 14 millions de spectateurs.
600 personnes ont travaillé au spectacle en 20 ans.
13 camions sont utilisés pour transporter les décors, les costumes et l’équipement.
En coulisse

Pour marquer la fin de l’aventure Saltimbanco, le Cirque du Soleil a mis en vente, pour les toutes dernières représentations, à Montréal, des billets Prestige qui permettront aux amateurs de visiter les coulisses avant et après le spectacle.

Informations : www.cirquedusoleil.com

Saltimbanco
Au Centre Bell
Du 19 au 30 décembre

Source : Métro




Sébastien BERNARD - Collections - [email protected]
François DEHURTEVENT - Photographe - [email protected]
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - [email protected]
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - [email protected]
Julien MOTTE - Newser / Agenda - [email protected]
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - [email protected]
Patrick PREVOST - Newser - [email protected]