Le rêve prend fin - Douce Folie (12/16)
Avec cette série de 16 épisodes, nous vous proposons de redécouvrir la 20ème création du cirque Arlette Gruss : "Rêves".
Chaque jour un numéro en photos avec commentaires et anecdotes le concernant.

Le spectacle continue ...
================ARTICLE=================



    Andriy Polushnny, le voltigeur des "Crazy Flight" est le plus jeune de la troupe (18 ans)



    C'est sous les robes de ces etranges poupées que les 4 acrobates sont ammenés au milieu de la piste



    Inspirées du film vol au dessu d'un nid de coucou, la structure du numéro et la choregraphie sont basées sur l'esthetisme et l'émotion.



    Le numéro commence par une figure bien particulière, le voltigeur bloqué aux genoux se balance violemment d'avant en arrière.



    Le numéro des Crazy Flight est le seul qui n'a subi aucun changement, ni pour la musique, ni pour les costumes, ni pour la mise en scène, tant il s'accorde avec le rêve.



    Ces series de pyramides sont similaires avec celles des numéros "Sea World" et "Atlantis". Et pour cause, ils sont tous issus de la même école ukrainienne et ont été formés en même temps. Chacun sur un thème différent, donc une mise en scène différente mais la base est la même.



    Toujours beaucoup d'expression et surtout le sourire malicieux.



     Chacune des réceptions sont parfaites. Le voltigeur se receptionne pile à l'aplomb sans une oscilation.



    



    



    Cette dernière figure est sans aucun doute la plus spectaculaire : la double colonne. Le voltigeur du haut effectue un double salto arrière avec que celui en dessous un salto. Les porteurs doivent envoyer assez fort pour que les 2 voltigeurs aient assez d'élan pour réaliser leurs figures.



    C'est sous de très très longs applaudissements qu'ils reprendront leur souffle. Ce numéro est celui qui sans conteste gagne à l'applaudimètre. Ils ont même recu à certaines seances un standing-ovation pendant le spectacle ! Du jamais vu !

    Rendez-vous des demain pour notre prochain épisode : "Mandrakement Vôtre"
Source : François Dehurtevent