Le chapiteau Romanès se dresse à La Penne-sur-Huveaune

Le cirque tsigane sera en représentation du 18 septembre au 13 octobre bd Jean-Jacques Rousseau.



"Un rythme fou, ininterrompu." C'est en ces termes que Délia Romanès décrit le cirque qu'elle a monté avec son mari Alexandre. "Les représentations oscillent entre des moments simples et très forts à la fois. Le tout sans artifices ni paillettes et avec très peu de costumes. Tout est dans la grâce," continue l'artiste. La grâce, celle du cirque tsigane Romanès, viendra enchanter la petite ville de la Penne-sur Huveaune dès septembre prochain, dans le cadre de MP 2013. "Sans l'année culturelle, nous n'aurions pas pu accueillir le projet. Autant demander à Johnny Hallyday !", s'emporte Pierre Mingaud, le Maire. "C'est un cirque tsigane de renommée internationale qui a déjà représenté la France à Shanghai et Barcelone", continue-t-il.


Un spectacle féerique qui laisse rarement le public indifférent. "Nous mettons en avant les valeurs familiales. Les spectateurs se croient presque chez eux lorsqu'ils viennent", commente Délia Romanès. Si le public vient souvent en famille, "on trouve aussi des bobos et des ados, alors que ces derniers sont souvent hermétiques au milieu du cirque". Le show, garanti sans temps mort, jongle avec une trentaine de tableaux différents. "Nous utilisons très peu d'animaux, je préfère les voir dans la nature. Une chèvre va et vient seulement de temps en temps et notre chat fait du trapèze... quand il en a envie!" confie Délia Romanès. Un spectacle basé sur l'humanité, le rire et la joie, lors duquel les acteurs " pénètrent l'âme du public". "Celui-ci revient d'ailleurs souvent nous voir plusieurs fois. Nos numéros étant très spontanés, on assiste rarement deux fois à la même représentation."


En particulier au niveau musical, où les airs joués, parfois improvisés, varient sans cesse. "Un numéro peut contenir cinq ou six morceaux différents. L'oreille n'a pas le temps de s'habituer aux mélodies inspirées de l'Inde jusqu'au Balkans", précise Délia Romanès. Violons, contrebasses, clarinettes et fanfare accompagnent ainsi les chants slaves et tsiganes.


Pour attirer les artistes, les organisateurs ont pu s'appuyer sur une collaboration étroite avec la communauté tsigane."On travaille depuis 15 ans en partenariat avec eux, notamment par le biais d'expos sur leur origine, leur diversité et leur liberté", explique Carole Tatoni, déléguée à la culture. L'occasion, aussi, pour les locaux, de découvrir une autre culture. "Les gens ne connaissent pas la communauté des gens du voyage. Ils en ont souvent une mauvaise image véhiculée par certains politiciens ou médias", regrette Délia Romanès. "La peur et l'ignorance de l'autre entraînent souvent le racisme."


Cirque Romanès, du 18 septembre au 13 octobre, du mercredi au samedi à 20 h 30, le samedi à 16 h et le dimanche à 17 h, bd Jean-Jacques Rousseau. A partir de 10 €, gratuit pour les moins de 3 ans.


Source : La Provence.com




Sébastien BERNARD - Collections - [email protected]
François DEHURTEVENT - Photographe - [email protected]
Jean-Pierre JERVA - Photographe / Galeries - [email protected]
Fabien LACROIX - Webmaster / Communication - [email protected]
Julien MOTTE - Newser / Agenda - [email protected]
Jean PEPIN - Newser / Petites annonces - [email protected]
Patrick PREVOST - Newser - [email protected]