Le Festival "Rue des Étoiles"
Pendant cinq jours, les berges du lac Latécoère de Biscarrosse vont prendre des allures circassiennes. Quatre chapiteaux et des décors çà et là. Mais, ici, point de lions ou d’éléphants. Ni de numéros de trapèze transmis de mère en fille sur des générations.

Le festival Rue des Étoiles fait la part belle au cirque contemporain. Une version du cirque basée sur l’innovation et non la transmission, à l’inverse du cirque traditionnel. "Le cirque moderne repose sur la mise en scène. À partir des agrès traditionnels, les artistes cherchent à dire quelque chose", explique Jean-Marc Héliès, directeur du Crabb, association organisatrice de l’événement.

Depuis sa création en 1995, le festival a pris de l’ampleur. « Depuis quelques années, tous nos spectacles sous chapiteau sont complets », remarque le directeur du Crabb. La renommée grandissante de Rue des Étoiles permet à Jean-Marc Héliès d’attirer les meilleures compagnies de cirque du monde. Un domaine dans lequel la France excelle.

Des numéros inédits

" On est entré tout doucement dans la cour des grands ", souffle modestement le directeur du Crabb. Pour la 16e édition, Jean-Marc Héliès est fier de présenter le cirque Rasposo. " Ils sont d’envergure internationale. Ils sont à l’avant-dernier étage de ce qui se fait de mieux ", déclare-t-il, sans vouloir en révéler plus sur le contenu du spectacle intitulé " Morsure ".



Depuis 2012, le festival se déroule sur cinq jours. De quoi étaler la programmation et faire jouer plusieurs fois un même artiste. Le cirque Rasposo, la compagnie La Faux populaire et la compagnie Microsillon joueront à trois reprises leurs spectacles.

Chaque année, le Crabb cherche à étonner avec une programmation inédite et spectaculaire. L’artiste jongleur Julien Candy, de la compagnie La Faux populaire, arrive à Biscarrosse accompagné de quatre acolytes pour un numéro de " manipulation d’objets jamais vu ailleurs ". Mais le sensationnel ne se cache pas uniquement sous les toiles des chapiteaux. Le spectacle sera aussi assuré à l’extérieur.

Le collectif AOC Les Vadrouilles va réaliser sous les yeux des spectateurs un numéro de trampoline très aérien. " Le trampoline va être placé à côté d’un mur. Ils se serviront de cet élément pour leurs figures ", annonce Jean-Marc Héliès. Autre agrès : le mât chinois. La Compagnie du Chaos, en résidence au centre culturel de Biscarrosse, a créé un numéro qui mêle " force et sensualité ".

Le potentiel du festival repose sur cette alliance entre les spectacles payants sous chapiteau et ceux gratuits en plein air. " On offre des spectacles à tout le monde. " En 2004, la délocalisation du festival à Latécoère, éloigné du centre-ville, était crainte.

Aujourd’hui, Jean-Marc Héliès est ravi du choix du site. " Les spectacles extérieurs fonctionnent très bien ici car le lieu est isolé. Les gens sont respectueux, il n’y a pas de brouhaha. " Surtout, une fois convaincu par la qualité des spectacles gratuits, le public franchit le pas vers les représentations payantes.

Source : Sud Ouest