Cirque familial Patoche
Un jour comme les autres dans la caravane familiale : la petite dernière engloutit son biberon sous l'oeil bienveillant de sa maman. Kenzo, le grand frère, achève sa métamorphose : il a enfilé sa queue-de-pie rouge à galons d'or et se grime une moustache ébène pour devenir Haricot, nom de scène qu'il a choisi "parce que c'est rigolo".

Du haut de ses 7 ans, Kenzo est un garçon souriant, un enfant clown en dehors de ses heures d'école. "C'est moi qui ai choisi de faire des blagues, être sur scène, c'est comme un jeu, ça m'amuse". Il est tombé dedans tout petit. Arrière-petit-fils, petit-fils, fils de… : il est issu d'une grande famille du cirque qui n'est pas près de s'éteindre.

Dans la famille Hart, la passion du cirque et la vie itinérante font partie de l'ADN du clan. Ce cirque familial d'une douzaine de membres sillonne les routes de France et s'octroie une pause de 3 mois à La Rochelle durant les grands froids. Les beaux jours revenus, les trois générations, la ménagerie et le chapiteau se casent dans trois camions, trois caravanes et une remorque.



"J'adore le cirque, la musique et le public"

Au cirque Patoche, si tout le monde est polyvalent, chacun a son rôle à jouer : le grand-père est dresseur, le papa est clown, la tata est jongleuse-équilibriste-trapéziste et les trois enfants ne sont pas en reste… "Quand ils ont envie ! Le spectacle ce n'est pas une obligation pour eux. Quand il fait froid, les petits préfèrent rester au lit devant un dessin animé. Mais avec la musique et l'arrivée du public, généralement, ils rappliquent" explique Laëtitia, leur maman.

Dans la famille Hart, il y a aussi, Mandy, 10 ans, qui effectue des acrobaties bluffantes. «"J'adore le cirque, la musique et le public. Et puis c'est moi qui choisis mes costumes, je les dessine et on va chez la couturière avec mes soeurs". A l'entracte, elle distribue pop-corn et barbapapas avec Kenzo.

Respectivement en CE2 et en CP, les deux enfants mènent une vie hors-norme dont le quotidien ne rime pas qu'avec paillettes, excentricités et magie. Ils changent régulièrement d'école. Certes, côté géographie, ils ont une longueur d'avance. Mais ils adorent se faire de nouveaux copains. Les jours d'école, le spectacle démarre à 18 h, histoire d'aller au lit de bonne heure pour être frais le lendemain devant les cahiers.

Quant à Sylviana, 18 ans et trapéziste : "Je n'ai pas l'impression de travailler, c'est avant tout du plaisir. Chaque spectacle est différent, il y a toujours quelque chose d'inattendu. Ce n'est pas comme au cinéma, on est dans le direct et il n'y a pas de bouton pause. Le seul hic, c'est pour trouver un chéri sur le voyage. Mais c'est d'abord un choix de vie".

Dans ce cirque familial à l'ancienne, les numéros sont classiques mais ô combien magiques. Le chapiteau et la piste sont leur passion, leur raison de vivre.

Le cirque Patoche à Migné-Auxances les 3 et 4 mai (parking Besson). A 15 h

Source : La Nouvelle République.fr