28e Festival du Cirque de Demain : Programme A
SPECTACLE A

  • 1 - Jacob et Nathaniel Sharpe (Etats-Unis) Diabolos
    Deux jeunes garçons, à la fois gauches et précis, jouent du diabolo avec une aisance confondante. Loin de la préciosité chinoise, ils basent leur travail sur l’humour et la rapidité des échanges. Virtuoses, ils accomplissent d’étranges figures avec un, deux et trois diabolos, allant jusqu'à créer sur un rythme rapide des passings réservés habituellement aux jongleurs de massues.

  • 2 - Frank Wolf (Allemagne) Vélo acrobatique
    Le vélo acrobatique est une discipline singulière : le cycliste forme un couple parfait avec sa « monture », capable de donner vie à un efficace moyen de transport. Oubliez pourtant toutes vos références en la matière : Frank Wolf est un magicien. Il semble se jouer des pires difficultés, mais sans jamais ne rien laisser paraître… Vous allez découvrir comment un objet du quotidien est susceptible de vous… transporter !

  • 3 - Miss Glamour (Italie) Trapèze comique
    Enveloppée d’une extraordinaire chevelure blonde, Miss Glamour est inclassable. Présentée comme trapéziste, elle suscite d’emblée les rires par ses problèmes insolubles d’équilibre. La masse de ses cheveux, argument de séduction imparable, l’entraîne irrésistiblement sur la mauvaise pente et tout l’enjeu de ce numéro « pas comme les autres » est d’arriver à enchaîner les figures les plus classiques du trapèze sans… perdre la tête.

  • 4 - Dima Shine (Russie) Equilibres
    Il y a aujourd’hui une véritable lignée d’équilibristes issus du célèbre Collège des Arts du Cirque et des Variétés de Kiev. C’est là, à l’abri de vastes salles, que s’entraînent quotidiennement plusieurs dizaines d’acrobates. Le visiteur reste confondu devant le niveau général d’équilibristes, capables à ses yeux de se produire du jour au lendemain dans les plus grands cirques, et pourtant toujours considérés comme des élèves en devenir…? Dima Bulkin est de la race des meilleurs. Il complique son travail par la hauteur inhabituelle de son unique support d’équilibre. Puissant, souple, élégant, les qualificatifs sont nombreux pour évoquer ce jeune acrobate mais ils ne sont que des mots : il faut vraiment le voir pour le croire

  • 5 - Netty Radvanyi (France) Ecuyère et pantin articulé
    Ce travail est le résultat d’une recherche menée en partenariat avec le Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne et l’Institut National de la Marionnette de Charleville-Mézières. Bâti à partir d’une très courte histoire, le numéro est prétexte à un surprenant enchaînement de saynètes et de figures de style. Mélange de voltige et de jeu, cet instantané équestre et théâtral questionne autant qu’il provoque, mais il ne renie jamais l’humour des situations.

  • 6 - Walawofoo (Ghana) Acrobatie au sol, pyramides et contorsion
    Originaires du Ghana, ces acrobates apportent avec eux le soleil brûlant de l’Afrique et une gaité communicative. Ils présentent un mélange d’acrobatie au sol, de pyramides traditionnelles et de contorsion. Sans jamais se prendre au sérieux ils enchaînent rapidement les figures, mais leur vitalité transforme leur numéro en fête débridée et spectaculaire. Aux antipodes de la contorsion extrême-orientale, ils offrent un réjouissant condensé de postures incroyables, présentées avec une bonne humeur contagieuse sur un rythme trépidant.

  • 7 - Erika Lemay (Québec) Cerceau aérien
    Acrobate au cerceau aérien, cette jeune femme use de son agrès comme d’un trapèze. Elle a conçu son numéro en force et en rapidité, jouant à la fois sur sa fragilité apparente et sur l’énergie qu’elle déploie pour imbriquer dans l’enchaînement des figures une dimension chorégraphique inhabituelle.A la fois puissant et élégant, son numéro se démarque des présentations similaires.

  • 8 – Sergey Kolganov et Oleg Belogorlov (Russie) Clowns
    Deux augustes pour un travail d’une très grande finesse, qui  n’est pas sans rappeler la complicité qui liait Jigalov et Aleeksenko. Les deux compères présentent des entrées conçues comme de troublants miroirs de la société russe et l’humanité de leur jeu est parfois bouleversante. Ne manquez pas la reprise du Citron, un condensé des vicissitudes et des affres quotidiennes vécues par un citoyen naïf, égaré au pays de la roublardise et de l’amertume. Mais n’oubliez pas pour autant de rire : sous le masque d’une minuscule tragédie de cirque s’épanouit un humour formidable et ravageur.

  • 9 - Pavel Ruzhilo (Russie) Jonglage
    Un virtuose. Un jongleur surtout, qui manipule ses balles avec une dextérité rare. Adepte du rebond, il développe un travail éblouissant et invente de surprenantes circonvolutions. Incrédule, on se prend parfois à imaginer un champ magnétique, un phénomène d’attraction, des pouvoirs surnaturels… Mais il s’agit bien d’un jongleur, d’un jeune homme aux mains diaboliques, à l’élégance précise et à la concentration imperturbable

  • 10 - Jingayo (Afrique du Sud) Trapèze ballant
    Ce jeune trapéziste Sud-Africain a été formé au Zip Zap Circus de Cape Town. Elève de Brent Van Rensburg, lui-même ancien trapéziste réputé, il allie l’énergie à la puissance. Son travail est classique, mais sa fougue et sa joie de vivre sont contagieuses et un  numéro de trapèze ballant attendu se transforme soudain en concentré d’énergie pure. Son partenaire, longeur discret mais indispensable, a participé au Festival il y a quelques années, dans un numéro de trapèze comique et d’acrobatie au sol d’un dynamisme inoubliable

  • 11 - Sébastien Soldevila et Emilie Bonnavaud (Québec) Main à main dynamique
    Présentés par la compagnie québécoise Les 7 Doigts de la Main, Sébastien et Emilie ont créé un numéro de main à main sans concessions. Classique en apparence, basé sur la puissance du porteur et la souplesse de la voltigeuse, leur travail rompt pourtant avec les autres numéros de cette catégorie. Ils donnent au main à main une dimension à la fois brutale et précise, mais aussi élégante et acérée.

  • 12 - Troupe de Shandong (Chine) Jeux icariens
    Imaginés par un aventurier acrobate américain, les jeux icariens sont l’une des disciplines les plus rares aujourd’hui. Longtemps considérés comme une spécialité moyen-orientale, ils sont désormais valorisés par les acrobates occidentaux et chinois. Ces 8 garçons, tous adultes, apportent une fougue inhabituelle dans ce type de numéros. Les voltigeurs, propulsés à la force des pieds des porteurs, exécutent des figures complexes avec une extraordinaire simplicité. Détail essentiel : les porteurs sont équipés d’un petit coussin à la hauteur des reins et ils n’utilisent pas la traditionnelle trinka pour faciliter les exercices. Ils s’allongent sur le sol, seulement rehaussés par leur coussin de cuir.   
Source : Centre de Presse du Festival