Suite et fin de la saga Joseph Bouglione dans le Nord
Démontage à Fourmies le 08 juin dernier



Il est à peine 17h30 est le chapiteau et presque vidé du matériel de spectacle, les engins sont placés tout autour du chapiteau pour accélérer les aller-retours des démonteurs.






A peine vidé que déjà le chapiteau est pris d'assault en commençant par démenteler les 4 parties :




A l'intérieur on enlève les dernières décorations pour descendre les mâts de corniche. La toile de tour est elle aussi presque retirée.




L'élecrticien range les derniers câbles alors que la semi-remorque plateau fait marche arrière vers le centre de la piste pour recevoir très bientot le chapiteau et sa coupole.






Le chapiteau se "dégonfle" peu à peu, ne ressemblant plus qu'à un âmat de toile fragile pendant par le haut des mâts.










Le chapiteau rouge n'est plus qu'un souvenir et bientot se reposera jusqu'à la prochaine étape sur la semi-remorque plateau.



Les armatures métalliques de la coupole sont repliées et seuls les mâts sont encore debout.




La ville de Fourmies, la dernière étape nordiste, a accueillie la nouvelle roulotte de Joseph Bouglione, c'est en exclusivité pour vous :






Et voici les 2 "p'tites" dernières pour la route, en espérant que vous aillez apprécier de suivre avec nous une partie de la tournée du cirque Joseph Bouglione à ne pas manquer lors de sa tournée des plages cet été en Bretagne et en Vendée avant de rejoindre l'Est à la rentrée scolaire...




Pour connaître toutes les dates de la tournée du cirque Joseph Bouglione rendez-vous dans notre rubrique "Agenda" et cliquez sur une date de notre calendrier...


Dans notre "Forum" laissez nous vos impressions, vos commentaires pour que nous puissions répondre à vos attentes dans nos prochains reportages!


Toute l'équipe "Aucirque" remercie toute la famille Bouglione et en particulier Monsieur André-Joseph Bouglione pour son accueil, son amabilité et sa passion du cirque qu'il nous a transmise durant ces quelques jours passés en sa compagnie.


Source : Sébastien Bernard