Chronique de Montréal : le cirque des Shriners.
Montréal n'est pas gâté, il n'est passé que deux chapiteau cette année, Le Cirque du Soleil et le Cirque Tarzan Zerbini qui voyage sous l'enseigne des Shriners.
================ARTICLE=================

Ses installations sont magnifiques, un impressionnant chapiteau de type italien de 3000 places et un matériel impeccable nous y accueille.
Le spectacle de bonne qualité y est hélas sans grande originalité.











Présentation symbolique par le maître de piste Pierre Jean, le spécialiste québécois en la matière.


Suivent une suite de numéros d'où ressort la joyeuse troupe de chiens des Stéfany's Poodles. Les petites bêtes semblent s'amuser autant que le public et si le numéro est conventionnel, il remporte quand même un beau succès.


Un bon numéro d'icariens, The Poema Family. Là aussi une bonne routine exécutée par toute la famille mais dont la qualité est relevée grâce au petit dernier âgé de 6 ans, il promet!


La cavalerie,sous la chambrière de Erika Zerbini, est en net progrès malgré un récalcitrant incurable qui n'en fait qu'à sa tête.


Les moments forts: Les éléphants, la spécialité de la maison, présenté par Anthony (fils de Patricia Zerbini de réputation internationale) et Jennifer Thomas. Du travail uniquement à la parole, aucune pique, et sur un rythme endiablé, chapeau!


Ah, j'oublié, un clown maison, Piolita, qui nous fait rire sans aller chercher un spectateur, ce qui est de plus en plus rare aujourd'hui, mais qui ne retient pas ses larmes et en arrose copieusement les spectateurs des loges. Bien fait pour eux!




Une excellente présentation à la corde de Miss Guillermina sans oublier les équilibres de Svetlana nous font passer de bons moments.

En résumé, on sort content de deux heures de spectacle. Mais dites moi pourquoi ces noms stupides pour des artistes que l'on connaît et qui ne travaillent jamais sous le même. Ont-ils honte de leur patronyme ?
Au fait, le nom Zerbini vous rappelle quelque chose ? C'est le nom d'une vieille famille de circassiens qui tournait en Algérie et qui a fait parler d'elle après avoir réussi à traverser le Sahara avec toute sa caravane. Revenus en France, ils étaient avec le cirque Francki.
Source : Guy Bordelais