Romanès : De retour à Paris pour une semaine
Le Cirque Tzigane Romanès reprend les spectacles sur Paris à partir du 30 décembre 2007 avec son spectacle "Rien dans les poches".

Avez-vous déjà prévu votre Réveillon de Nouvel An ? En Roumanie, il parait que démarrer une année avec des gitans porte bonheur. Et si c’était également le cas en France ?
================ARTICLE=================



Dimanche 30 décembre 2007 à 17h et 20h30.
Lundi 31 décembre 2007 à 16h et 21h / GRAND REVEILLON TSIGANE...
Mardi : 1er janvier 2008 à 16h.
Mercredi: 2 janvier 2008 à 15h.
Jeudi : 3 janvier 2008 à 15h et 20h30.
Vendredi : 4 janvier 2008 à 15h et 20h30.
Samedi : 5 janvier 2008 à 15h et 20h30.
Dimanche : 6 janvier 2008 à 15h et 17h.

Lieu du spectacle :

Au niveau de 42-44 Boulevard de Reims (à l'angle de la rue de Courcelles )
Chapiteau du Cirque Tsigane Romanès
75017 PARIS.
Métro : Porte de Champerret
Renseignements et réservations : 01.40.09.24.20 / 06.88.09.22.67
Email : [email protected]

www.cirqueromanes.com

Le Ciel, Donner, et Dieu, dans la langue tzigane, c’est le même mot.

* * *


Depuis longtemps les tziganes savaient le vieux proverbe : "Pour vivre heureux, vivons cachés". Par crainte des conventions et des pouvoirs, les tziganes n'ont jamais permis aux autochtones de s'approcher de leurs campements.

D'un côté les habitants des villes inquiets et désireux de voir passer le plus vite possible une population jugée hostile à leur mode de vie, de l'autre côté des tribus gitanes méfiantes, repliées sur elles-mêmes ne dévoilant de leur culture que ce qu'elles voulaient bien montrer, c'est-à-dire très peu.

La culture tzigane étant ce qu’elle est, c'est-à-dire restreinte et orale, on pourrait dire une culture "de survie". Et parce que les hommes et les femmes qui font des prévisions nous avertissent – et pour une fois ils pourraient bien avoir raison – que les cultures minoritaires vont disparaître une à une, j’ai la faiblesse de croire que les trois livres que j’ai écrit, n’iront pas ce noyer dans l’océan des livres. Ils pourraient avoir un intérêt qui va bien au-delà d’un chant qui je l’espère, est poétique. Grace à la curiosité ils devraient continuer à vivre, ne serait-ce que pour témoigner d’un monde qui tôt ou tard disparaîtra.

Un Peuple de Promeneurs – Le Temps Qu’il Fait
Paroles Perdues - GALLIMARD
Les étoiles multicolores – GALLIMARD, à paraître.


Romanès Cirque Tzigane


Ma famille fait du cirque avec un chapiteau depuis la première guerre mondiale. Avant, mon arrière grand-père donnait un spectacle en plein air sur la place du village. Il allait de village en village avec ses trois femmes, ses enfants et un ours. "L’embêtant, disait-il, c’est l’ours."

A 25 ans, j’ai quitté le cirque familial, le cirque de mes parents ressemblait de plus en plus à un hangar pour avions, j’ai jeté l’éponge, je suis parti. Pendant quelques années j’ai fait mon numéro d’équilibre dans la rue. J’étais depuis longtemps attiré par la poèsie, je me suis lié d’amitié avec des poètes : Jean Genet, Jean Grosjean, Dominique Pagnier, Jean-Marie Kerwich, Thierry Metz, Christian Bobin.

J’ai travaillé à l’élaboration d’un spectacle de cirque avec Jean Genet. Il y avait assez de matériel pour faire 4 heures de spectacle. Quand il a fallu passer à la réalisation, j’ai pris ma voiture et je suis parti sur les bords de la Loire faire des paniers en osier...

Dix ans plus tard, je redécouvre le cirque dans le campement tsigane de Nanterre. J’ai rencontré Délia que j’ai épousé, j’ai acheté un petit chapiteau, un vieux camion, quelques caravanes, et nous avons pris la route. Quelques gitans dans une piste, Délia au chant, entourée d’un violon, d’une contrebasse et d’un accordéon.

Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé avoir autant de succès avec un spectacle aussi dépouillé. Le violonniste Yehudi Menuhin m’a dit : "Jusqu’à mon dernier jour je penserai à vous."

La vie n’est amais comme on croit.

ALEXANDRE ROMANES.

Source : Cirque Romanes