Trottola à Lille
Le cirque Trottola et son spectacle "Volchok" viendra installer son chapiteau à Lille (quartier Moulins) du 20 au 30 mars 2008 (sauf les 23,24,28).
Quelque part entre la grâce et la magie. Du cirque vivant, touchant, bouleversant et terriblement humain.
================ARTICLE=================

A, c’est mieux comme ça, c’est mieux quand c’est lui qui est en bas et nous au dessus assis.

A, il faudrait un treuil, une grue, de la poulie, un crochet, une pince qui l’agrippe et qui aide… à ce que se soit plus léger.

A, il faudrait être plusieurs, deux ou trois, ça irait mieux mais ça pose d’autres problèmes ; à qui il est ? Où l’emmener ? Et où le poser et qui porte plus que l’autre, et lui moins que celui là. Non, ça mène au conflit.

Faudrait l’offrir, le fourguer à quelqu’un. Il faudrait qu’il se perce et qu’il se délaisse doucement de son contenu, le long. Alors il s’allègerait sans le savoir et on l’oublierait, on oublierait qu’on porte ce paquet, ce ballot, ce fardeau.

Qui a vu les Trottola s’en souvient : Bonaventure Gacon dit le Boudu, puissant gaillard à la barbe fleurie ; Titoune, la minuscule trapéziste aux cheveux rouges mi-gavroche, mi-clown triste. C’était en 2003, Plaine de Lamoura, sous le petit chapiteau de bric et de broc, sans dorure ni flonflon, avec une minuscule piste en bois d’où émanait par magie une poésie singulièrement émouvante. Le cirque Trottola reprend la route, enfin presque, il fait chauffer les camions. Il fait un nouveau chapiteau, plus haut pour faciliter le travail aérien et changer l’implantation intérieure.


Il travaille son nouveau spectacle : « sans doute que l’aliment de base sera un peu pareil, ce n’est pas le genre de la maison de tout chambouler pour tout chambouler, on va rester dans la retenue, l’intime, l’émotif, c’est l’assiette, l’épice, l’histoire que l’on raconte, la façon de glisser de déraper de sauter dans le cirque, c’est tout ça que l’on adore et que l’on va renouveler. » L’artiste Mads va rejoindre le noyau dur, Titoune et Bonaventure. Des gros ballots et des vieilles fripes, un décor de chiffonnier… Nul doute que la compagnie Trottola va se mettre à l’ouvrage et nous emmener dans son univers. Ce que nous aimons dans son cirque, c’est voir comment on se débrouille face à des situations dramatiques, face à la poésie, face à l’apesanteur, à la légèreté, face aux lions, face à la pluie, au vent, au camion en panne, face à la mélancolie ou aux nostalgies. Et les gestes qu’ils ont dans l’exigence de l’action sur le vif, dans le moment où ils se dépatouillent de tout ça, du risque, émane la poésie. Ici, l’art de la piste raconte simplement et tellement justement un peu de l’âme humaine.
Source : Rita Camier - Le Prato Lille