Témoignage d'Henri Wagneur sur les éléphants au cirque
Pour revenir sur l'information concernant l'éléphante Kenya, je voudrais apporter mon témoignage : D'abord j'aime profondément ces animaux et lorsqu'ils sont bien tenus et traités. Connaissant bien ces animaux, je peux certifier que la plupart ne sont pas malheureux dans les cirques. Je préfère naturellement lorsqu'ils ne sont pas seuls...

En 1982 j'avais rompu mon contrat avec un grand cirque américain pour les raisons que la direction ne me donnait pas la possibilité de détenir les animaux dans des conditions satisfaisantes.

En 1985 j'ai quitté le cirque Moira Orfei emportant avec moi 2 éléphantes âgées pour les garder dans le grand zoo sicilien de Catane, le Parco Zoo di Sicilia, que j'ai dirigé pendant près de 4 ans. Ces deux éléphantes se sont très bien acclimatées à la vie sédentaire certainement du fait que mon épouse et moi avons continué à nous en occuper. Après notre départ en 1988 elles se sont laissées mourir petit à petit. Dès qu'elles allèrent mal, on m'avait rappelé, et la journée que j'ai passé auprès d'elles était pathétique, elles m'ont fait "la fête" et se sont remises à manger. Malheureusement je devais repartir pour la Suisse... En moins de 2 mois elles sont mortes. Mon épouse et moi gardons cet événement comme un souvenir tragique, (hantant mes nuits d'insomnies) nous avons beaucoup pleuré, regrettant de ne pas avoir pu trouver de solution pour sauver ces 2 magnifiques quinquagénaires.

Ceci pour dire que ces animaux peuvent s'attacher à leur maître au point de se laisser mourir. Il y a un fort lien affectif entre les éléphants et leur dresseur, certainement encore plus lorsqu'il y a seulement une éléphante.

Sans vouloir intercéder dans la justice qui a pris la décision de retirer l'animal, mon expérience démontre qu'il est extrêmement complexe de juger du bien-être des animaux dans les cirques et ailleurs aussi. Les "animalistes" et autres "défenseurs" des animaux manquent de connaissances pour juger du bien-être ou pas des animaux dans les cirques, et la plupart des actions qu'ils ont menées ont été plus mauvaises que bonnes. Les conditions de détentions ont changé ces vingt dernières années et les vidéos qui démontrent des mauvais traitements sur leurs sites datent de plus de 20 ans (dans toute société il y a des brebis galeuses et le cirque n'échappe pas à cette règle!). Ce ne sont pas eux qui ont contribué à l'amélioration des conditions des animaux dans les cirques mais plutôt de dresseurs comme moi et beaucoup d'autres qui aiment sincèrement leurs animaux et font tout pour eux (sacrifiant parfois leur vie de famille). Des directeurs comme Franz Nock, Walter Nones et Gilbert Gruss m'ont toujours laissé "carte blanche" en la manière de m'occuper des animaux qu'ils m'ont confiés et je leur en suis reconnaissant au nom des animaux.

Henri Wagneur

Sherry accompagnant Henry Wagneur lors de ses tournées dans le Parco Zoo di Sicilia en 1986
Source : Henri Wagneur