Fin d'année au cirque: Romanès



C'est un chapiteau posé en plein Paris. Sur la piste, pas de roulements de tambour, mais un orchestre tsigane qui vous déchire le coeur......
================ARTICLE=================


C'est un chapiteau posé en plein Paris. Sur la piste, pas de roulements de tambour mais un orchestre tsigane qui vous déchire le coeur. Pas de prouesses vertigineuses mais des numéros épurés qui gagnent en charme la performance qu'ils ont abandonnée à d'autres. Pas de fauves, mais une chèvre un peu décatie qui arrache des éclats de rire à un public pourtant au bord des larmes. Un public qui ne sait plus où il en est, qui a envie de descendre danser sur la piste.


Dans l'ombre, Alexandre Romanès tend les cordes, fait des signes aux artistes, couve du regard ses filles acrobates et sa femme, Délia, qui s'époumone entourée de l'orchestre. Ce cirque, c'est le sien. Romanès a jadis troqué son patronyme, Bouglione, pour ce nom qui dit mieux sa fierté d'appartenir au « peuple des promeneurs ».
Longtemps analphabète, il est aujourd'hui publié par Gallimard et salué pour sa poésie lumineuse. Il fut l'ami de Jean Genet. Il a de perpétuels soucis d'emplacement de caravanes, de chauffage, de fuite d'eau. Les pieds dans la boue, la tête dans les étoiles... C'est un Gitan. Et il est interdit de manquer son spectacle.


C'est un chapiteau radieux, irradiant lumière et chaleur. On ne vient pas à lui pour y voir un énième spectacle de cirque, mais pour y rencontrer une attachante et prodigieuse famille où l'on « naît » artiste depuis la guerre de 1914.


Les Romanès sont de retour au complet, des aïeuls musiciens aux fillettes acrobates, tous participent, tous épatent.
Trapézistes, contorsionnistes... ces anges virtuoses font surgir l'émotion et la poésie de trois fois rien : éventails, parapluies, chèvres et chats... Zéro clinquant et mille exploits, accompagnés toujours des violons et clarinettes des Balkans. « Rien dans les poches, tout dans le coeur ! A l'image du monde "rom", commente le patron poète, le grand Alexandre, qui orchestre ces trente numéros, dont celui du cousin Aramis, jongleur farceur qui emballe petits et grands.


Et après le spectacle, public et artistes dansent et ripaillent. Ça tombe bien, on n'avait pas envie de partir...


Jusqu'au au 31 Janvier 2010

Chapiteau du cirque romanèstzigane
Au niveau 42-44 boulevard de reims
( à l’angle de la rue de Courcelles)
75017 Paris m° Porte champerret

renseignements et réservations : 01 40 09 24 20 – 06 99 19 49 59
Source : Cirque Paris