15ème Festival Nez Rouges
Ce 15ème festival sera dédié à Henri Guichard, ancien directeur du Lido de Toulouse, qui nous a quitté brutalement en janvier 2009. La modeste école de cirque du début est devenue, sous son égide, une des plus prestigieuses en France, véritable pépinière d'artistes aujourd'hui reconnus dans le monde entier.
================ARTICLE=================

15ème Festival des Nez Rouges


Nous dédions ce 15ème festival à Henri Guichard, ancien directeur du Lido de Toulouse, qui nous a quitté brutalement en janvier 2009. La modeste école de cirque du début est devenue, sous son égide, une des plus prestigieuses en France, véritable pépinière d'artistes aujourd'hui reconnus dans le monde entier.

Il fut aussi un ami et un fidèle partenaire du festival Nez Rouges, dès sa création. La présence dans ce festival de son fils Jonathan, avec le spectacle "Ieto", est pour nous l'occasion de saluer sa mémoire.


  • Mardi 26 janvier à 18 h 30 : Spectacle d’ouverture avec Le Lido
    Images de Cirque

    De toutes les couleurs, sous toutes les formes,
    De numéros en numéros, l’inauguration du
    Festival en éclats……de Cirque nous
    promènera de mains en mains…..
    de jongleurs en équilibristes……


  • Mercredi 27 janvier à 15 h : Jokers par Le Lido

    Tout a commencé par une barre...
    Une barre. Juste une barre. Une barre solide, rassurante ou une barre qui s’efface, qui intrigue ? Une barre qui divise ou une barre qui rassemble ?
    Une barre imaginaire, ça peut tout faire. Surtout si, à la barre, on retrouve toute l’énergie de 16 adolescents de 13 à 17 ans, prêts à amener le public partout, dans des univers complètement barrés. Pour vous emmener dans leurs rêves, ils ont mis la barre haute : ils vous garantissent un spectacle sans coup de barre !


  • Vendredi 29 janvier à 21 h : Cie Nando et Maila " Kalinka" (Italie)

    Nando et Maila, venus de Bologne, savent tout faire ! Et c'est ce tout qu'ils vont mettre à profit dans un duo ébouriffant d'énergie et de drôlerie, qui mêle théâtre, cirque et musique.
    Maskerpa, un manager italien aux ambitions artistiques démesurées présente sa dernière recrue, Maila Zirovna, artiste talentueuse et très égocentrique qui ne supporte pas de rester en coulisses. Et c'est à coup de violon, trompette, accordéon, percussions et chansons qu'ils vont régler leurs comptes !


  • Samedi 30 janvier 21 h : Cie Yllana "Zoo" (Espagne)

    Dans les profondeurs de la jungle, des explorateurs aussi fous qu'intrépides vont vivre une aventure insensée. Leur mission : la capture, pour le compte d' zoo, d'un animal en voie d'extinction. Mais leurs bévues incessantes vont déchaîner une épouvantable série d'événements qui feront de leur environnement, apparemment paradisiaque, un piège rempli d'animaux étranges et de tribus hostiles…
    Dans son travail de recherche d'un théâtre gestuel, Yllana approfondit avec Zoo !! le thème de l'éternel conflit entre l'homme et la nature, déjà présent dans de précédents spectacles mais traité de façon marginale.
    Attention, avec Zoo !! personne n'échappera aux griffes du rire. Que l'aventure commence !!!


  • Dimanche 31 janvier à 16 h: Los Excéntricos "Rococo Bananas" (Catalogne)

    Ils sont trois : Marceline, Sylvestre et Zaza. Français ou Catalans, peu importe car leur patrie est la Terre. Los Excéntricos ont déjà promené leurs spectacles sur l'ancien et le nouveau monde propulsés par un désir sublime : faire mijoter la casserole du rire.
    Un piano à queue truqué se transforme en scène improvisée pour accueillir les folies du trio. Marceline, l'unique femme, crédule et cabotine, est coquette à l'extrême. Ses déboires énervent Sylvestre, le Maestro de cérémonie, pourtant lui-même franchement ridicule. Plus la tourmente enfle, plus Zaza se moque avec son rire grotesque. Moments lyriques, situations rocambolesques, tout s'enchaîne à un rythme effréné…
    Musiciens et jongleurs, Los Excéntricos forment un trio atypique, qui renouvelle la figure du clown à travers un mélange subtil de modernité et de classicisme.


  • Mardi 2 et mercredi 3 février à 15 h : Cie Le Pied sur la tête / Cirque Bang Bang "Dans quel sens ?"

    Une femme et un homme dans le manège absurde de leur vie intérieure. Des citadins, peut-être, un jeune couple, dans ce qui semble être un appartement meublé sommairement, révèlent l'intimité du théâtre mouvementé de leur folie douce, à la Jacques Tati. Chaque objet manipulé donne lieu à une surprenante danse des corps et du mobilier. Jongler est ici à la fois respiration et obsession, et l'unique échappatoire à une folie endémique. Du rebond des balles et d'onomatopées singulières, naît une relation déjantée. Un kaléidoscope où folie rime avec farce et poésie.


  • Vendredi 5 février à 21 h : Compagnie WHS Wille Walo et Kalle Hakkarainen (Finlande) "Odotustila"

    V. Walo, jongleur et K. Hakkarainen, magicien, triturent ensemble un langage fait de gestes et d'images pour nous parler de notre monde, sous des angles que nous n'imaginons pas.
    Dans "Odotustila", - Odotus signifie attente en finnois - deux hommes attendent, assis sur un banc, dans la gare d’Helsinki. Attendre… ce à quoi nous passons une bonne partie de notre temps !
    L’artiste regarde son public, commence à jongler, à jouer avec le temps pour tuer l’attente. Il lance une balle qui disparaît sur les écrans et peu de temps après c’est le jongleur lui-même qui se retrouve projeté sur les écrans !
    "Odotustila" est une performance poétique, virtuose et inventive, qui se joue des apparitions, disparitions, réapparitions... Un voyage jonglé entre réalité et illusion.


  • Samedi 6 février à 21 h, soirée de clôture : Cie Ieto et Cie du Vide "La petite fille âgée"

    Solo clownesque d'une jongleuse qui danse
    Engoncée dans son costume fait d'habits superposés, une silhouette incongrue se promène, insiste, s'installe… Avec les premiers mots qui viennent et s'entassent, paroles brutales et fragiles à la fois, les derniers vêtements tombent : à chaque épaisseur, c'est une nouvelle facette de ce personnage singulier qui entre en scène. Et quand les mots ne suffisent plus, le jonglage prend le relais. Délire ou délivrance, de la démesure à l'essentiel, le parcours sinueux et initiatique d'une petite fille âgée se dévoile ici avec pudeur et grâce.
Source : Altigone