Les coups de cœur du Docteur Alain Frère
Chaque année, le Festival international de Monte-Carlo accueille les plus grands professionnels, sur la piste mais aussi dans les loges et gradins...
================ARTICLE=================

Chaque année, le Festival international de Monte-Carlo accueille les plus grands professionnels, sur la piste mais aussi dans les loges et gradins.
Parmi les hommes de l'art, à l'ombre des projecteurs: le Docteur Alain Frère. Conseiller artistique et membre du Comité du Festival du cirque, il sert depuis trente six ans la famille princière. Parmi les vingt-six numéros présentés cette année pour la 34e édition, il a sélectionné ses coups de cœur.

Vice-président du Conseil général, maire de Tourrette-Levens, comment trouvez-vous la disponibilité pour rester si fidèle au Festival?

La passion ! Mes vacances, je les passe au cirque ! Le prince Rainier III était un ami. Il était tellement heureux que sa fille ait le virus... Aujourd'hui, elle vit totalement la même passion, avec générosité et sincérité.

Les animaux sont les vedettes du festival. Êtes-vous favorable au maintien de leurs numéros?

Le Festival de Monte-Carlo est un festival traditionnel, et donc un cirque avec des animaux. Le prince Rainier III insistait sur le respect qui leur est dû, dans et hors du cirque.
Cette année, Martin Lacey, qui a déjà remporté un "Clown d'argent" à 21 ans, présente un numéro spectaculaire avec notamment deux lionnes blanches et un lion blanc, du jamais vu à Monaco. « King Tonga » a été offert pour un prince saoudien. Je l'appelle "le lion de Noël".
Ces fauves sont une invention de l'homme. Ils sont issus d'un même élevage en Afrique du Sud. Il en existe quelques dizaines seulement à travers le monde. Le numéro de Martin Lacey est l'un des plus grands du monde!

Hors de la piste, ces fauves vivent-ils dans des conditions décentes?

Le Festival de Monte-Carlo doit être exemplaire ! C'est le plus vieux festival du monde et une vitrine formidable. Les fauves n'ont jamais eu un espace aussi grand à la ménagerie.


La troupe chinoise de Hangzhou

Cette année encore, deux troupes chinoises sont invitées.

Si nous n'avions pas les Chinois, nous ne pourrions pas faire un grand festival du cirque. La Chine compte 1,2 milliard d'habitants et chaque ville dispose de sa troupe acrobatique! C'est là-bas une tradition ancestrale.
L'entraînement et la sélection sont particulièrement difficiles et aboutissent à faire des athlètes exceptionnels. Les acrobates Shandong sont vingt et un sur la piste. Au sommet de pyramides de porteurs, en quatrième et même cinquième hauteur, les voltigeurs propulsés par les pieds volent dans l'espace pour passer d'une pyramide à l'autre. C'est phénoménal!
La troupe de Hangzhou réalise également des merveilles. Invités dans le cadre de Première Rampe en décembre 2008, ils offrent un tableau acrobatique inouï.
(Première Rampe est un spectacle généralement programmé chaque année et qui présente les espoirs du cirque mondiaux. Exceptionnellement cette année, Première Rampe n'aura pas lieu pour des raisons budgétaires).
Un porteur maintient sur le sommet de son crâne une perche constituée de deux cercles à l'intérieur desquels posent deux acrobates. Le porteur pousse l'exploit jusqu'à faire tourner le dispositif qui doit peser quelque 130 kg ! Chaque année, les Chinois tentent des prouesses uniques pour tenter de décrocher un "Clown d'or".

Après avoir réuni 17 000 spectateurs à Nikaïa, le cirque du Soleil brille aussi à Monaco.

J'ai rencontré Guy Laliberté, directeur du Cirque du soleil, quand il avait 20 ans, au Festival de Monte-Carlo. Guy Laliberté a accepté de présenter l'une de ses plus prestigieuses troupes dans un numéro de barre russe. C'est un véritable ballet qui offre un grand moment de créativité.

Un dernier coup de coeur?

Oui, pour les Chernievski, sauteurs à la bascule, qui ont déjà reçu un "Clown d'or" lors de la 24ème édition du Festival. Dans la troupe de douze artistes, Alexander Gorbatov, 1,50 m, défie l'apesanteur, sans protection. Il faut du courage... et une confiance absolue aux autres. Personne, hormis les Russes, ne réalise de telles prouesses. Au cirque, la réalité dépasse souvent l'imagination!

Propos Recueillis Par Joëlle Deviras Photo : F. Chavaroche
Source : Nice-Matin