Sur l'épaule de l'Ange par Alexandre Romanès
"Lire Alexandre Romanès c'est connaître l'épreuve de la plus grande nudité spirituelle. Juste une voix et surtout le ton de cette voix : une corde de luth pincée jusqu'à l'os, ce luth dont il a joué dans sa jeunesse. Les morts doivent parler avec la même douceur sourde..."

Christian Bobin.


"Il se passe plein de choses chez les gitans, mais personne ne les voit jamais. Par peur ou par ignorance, les programmateurs de spectacles ne viennent jamais voir ces spectacles dans les campements" regrette Alexandre Romanès. "Ma femme et moi aimerions créer ce centre culturel tzigane. Dans l'idéal, ce centre aurait un point de chute à Paris, mais serait également itinérant." poursuit l'artiste qui attend la décision des autorités.

Paru le 1er avril aux Éditions Gallimard
Source : Editions Gallimard