"Chouf Ouchouf" par le Groupe acrobatique de Tanger
Peut-on magnifier le quotidien pour en faire une œuvre de théâtre ? La réponse est positive si l'on en croit les acrobates de Tanger, dirigés par le duo Zimmermann & de Perrot : tout est réaliste dans ce qui est offert à nos yeux...
================ARTICLE=================

Peut-on magnifier le quotidien pour en faire une œuvre de théâtre ? La réponse est positive si l'on en croit les acrobates de Tanger, dirigés par le duo Zimmermann & de Perrot : tout est réaliste dans ce qui est offert à nos yeux, mais tout est également poésie. Une poésie qui se décline par le chant, la danse, la musique, les numéros d'équilibre, les compositions physiques que les acrobates-acteurs pratiquent avec un engagement bouleversant, au milieu de décors qui se meuvent dans une chorégraphie faite de fluidité et d'élégance.


C'est toute une ville, Tanger, qui se met soudain en mouvement, avec ses ruelles, ses places, ses terrasses, véritable labyrinthe habité par une population passant de l'agitation la plus fébrile à l'immobilité de ceux qui savent attendre et prendre le temps de savourer la douceur d'une nuit sous le ciel marocain. Qu'elles se croisent, se frôlent ou s'interpellent, toutes ces silhouettes sont éminemment reconnaissables car dessinées avec minutie : le frimeur à lunettes de soleil, le croyant qui joue avec son chapelet, la femme voilée, le costaud qui se la joue, le timide qui n'ose pas, le fonctionnaire pris dans une tornade de papier.


Des individus donnés à voir dans de fugitives tranches de vie, des instants volés et enrichis par le regard sans concession mais plein de tendresse que Martin Zimmermann et Dimitri de Perrot ont porté sur eux, sur leur ville, sur leurs existences, sur leurs joies comme sur leurs blessures. Déambulation collective très chorégraphiée ou sobre mise en valeur d'un numéro solo, tout concourt ici à créer un univers d'une profonde humanité, jamais naïf ou complaisant, toujours plein d'humour et de vérité. Loin des images d'Épinal et des discours moralisateurs, Chouf Ouchouf est un voyage en profondeur aux côtés de femmes et d'hommes qui ont accepté de se raconter, de se dévoiler pour qu'on puisse les regarder, les regarder encore, et s'interroger sur la possible rencontre avec l'autre, avec l'étranger, dans un théâtre où la tradition acrobatique se mêle à la création la plus contemporaine. Un théâtre d'aujourd'hui, enrichi de formes venues d'ailleurs.

Dans le cadre du Festival d'Avignon, cour du lycée Saint Joseph, du 8 au 13 juillet 2010.
Source : Festival d'Avignon