Les Traces à interpréter comme des rêves éveillés
Traces, cinq danseurs et une question : quelle empreinte laissons-nous ?

Il reste des places ! Vendredi, samedi et dimanche, le festival Jeux de jardin trouve son point d’orgue à Laquenexy. Là-bas, au-delà des treize jardins de saveur, se dresse un chapiteau de 450 places. A l’intérieur, sous la toile, s’ouvrira le spectacle Traces, de la compagnie Les 7 doigts de la main. Pour l’instant, c’est encore le temps du montage, pour vingt et un techniciens. A la fois usine et barnum ambulant.

Autant le dire tout de suite, pour les méticuleux : les danseurs ne seront que cinq. Ce qui ne les empêchera pas de bluffer leurs spectateurs. Anne Habermeyer, directrice artistique du festival, n’en revient pas : «  C’est un spectacle de prestige. Les 7 doigts viennent pour la première fois dans l’est de la France. Rendez-vous compte ! Ils étaient à l’affiche du Casino de Paris ! C’est une chance, un défi dingue ! »

La compagnie est une émanation du Cirque du Soleil, de renommée internationale. Traces, le titre de son spectacle, est une invitation. Un éblouissement. Un rêve éveillé. Et un lot de questions, aussi. «  Traces, c’est un spectacle extrêmement généreux, un bouquet final. Il est tout public, s’enthousiasme encore Anne Habermeyer. Il s’interroge : comment laisser une trace dans son existence ? On appartient tous à une collectivité. Quelle trace on y laisse ? C’est une quête existentielle de cinq jeunes. On se rend compte qu’un + un + un… finit par former tout l’univers. »

Avec ces Traces, on est entre le cirque et la danse, le visuel et la poésie, dans une sorte d’étonnement permanent. Les critiques sont dithyrambiques.

Jardins fruitiers de Laquenexy, 18 et 19 juin à 21 h. Dimanche à 16 h.
Source : Le Républicain Lorrain