Les "Terribles" poètes du Cirque Romanes
Descendant de la célèbre famille des Bouglione, Alexandre Romanès est un nomade pur et dur, qui a rompu avec sa famille d’origine pour revenir aux sources du nomadisme. Avec lui nous comparons les notions de liberté et de responsabilité…
================ARTICLE=================

Découvrez le reportage :


LES "TERRIBLES" POÈTES DU CIRQUE ROMANÈS
envoyé par latelelibre. - L'actualité du moment en vidéo.

Descendant de la célèbre famille des Bouglione, Alexandre Romanès est un nomade pur et dur, qui a rompu avec sa famille d’origine pour revenir aux sources du nomadisme. Avec lui nous comparons les notions de liberté et de responsabilité…

Chef de sa tribu familiale, joueur de luth, rempailleur de chaise, jongleur, équilibriste, Alexandre est aussi un poète à succès qui publie chez… Gallimard ! Révolté par les déclarations de Nicolas Sarkozy et la chasse aux Roms débutée au mois d’août, Romanès est devenu l’interlocuteur tsigane privilégié des médias depuis quelques jours.

Avec sa femme Délia, venue de Roumanie, ils ont créé le "cirque tsigane" il y a une vingtaine d’années. Leur chapiteau et leurs caravanes sont installés porte de Champerret à Paris dans le 17ème, quand la troupe n’est pas en voyage. Ici pas d’animaux en cage, mais un spectacle intimiste et familial, où les acrobaties, la poésie et la musique vous emportent dans un tourbillon d’insolence et de liberté.

John Paul Lepers


Une texte signé Alexandre Romanes, écrit à l’occasion de son dernier spectacle du printemps dernier.

"Ma famille fait du cirque avec un chapiteau depuis la première guerre mondiale. Avant, mon arrière grand-père donnait un spectacle en plein air sur la place du village. Il allait de village en village avec ses trois femmes, ses enfants et un ours. « L’embêtant, disait-il, c’est l’ours."

A 25 ans, j’ai quitté le cirque familial, le cirque de mes parents ressemblait de plus en plus à un hangar pour avions, j’ai jeté l’éponge, je suis parti. Pendant quelques années j’ai fait mon numéro d’équilibre dans la rue. J’étais depuis longtemps attiré par la poésie, je me suis lié d’amitié avec des poètes : Jean Genet, Jean Grosjean, Dominique Pagnier, Jean-Marie Kerwich, Thierry Metz, Christian Bobin.

J’ai travaillé à l’élaboration d’un spectacle de cirque avec Jean Genet. Il y avait assez de matériel pour faire 4 heures de spectacle. Quand il a fallu passer à la réalisation, j’ai pris ma voiture et je suis parti sur les bords de la Loire faire des paniers en osier…

Dix ans plus tard, je redécouvre le cirque dans le campement tsigane de Nanterre. J’ai rencontré Délia que j’ai épousé, j’ai acheté un petit chapiteau, un vieux camion, quelques caravanes, et nous avons pris la route. Quelques gitans dans une piste, Délia au chant, entourée d’un violon, d’une contrebasse et d’un accordéon.

Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé avoir autant de succès avec un spectacle aussi dépouillé. Le violoniste Yehudi Menuhin m’a dit : "Jusqu’à mon dernier jour je penserai à vous." La vie n’est jamais comme on croit. »



Alexandre Romanès
Source : LaTéléLibre