Le grand monde du cirque… en petit !
Après la guerre, mes parents m’avaient emmené au cirque à La Ferté-Bernard. J’avais trouvé ça formidable. Je savais que je ne pourrai jamais avoir mon cirque à moi, alors je me suis mis aux maquettes", explique Jules Leteil...

Jules Leteil au milieu de ses petits chapiteaux

"Après la guerre, mes parents m’avaient emmené au cirque à La Ferté-Bernard. J’avais trouvé ça formidable. Je savais que je ne pourrai jamais avoir mon cirque à moi, alors je me suis mis aux maquettes", explique Jules Leteil, qui présente à Tuffé son musée du cirque, une incursion "sous les plus petits chapiteaux du Monde" avec maquettes, affiches et automates. "Quand j’ai vu ce bâtiment, c’était l’Amérique", se souvient-il en évoquant ces locaux de la rue de la mairie, où il est installé depuis deux ans. "Avant, tout cela était installé à la ferme à Boësse-le-Sec où j’étais agriculteur. J’ai mis un mois et demi à tout remonter ici". 
Aujourd’hui âgé de 78 ans, il vit depuis sa tendre enfance sa passion pour le cirque et continue de se rendre sous les chapiteaux quinze à vingt fois par an. Une passion qu’il activait durant les temps morts accordés par son métier (veillées d’hiver, mauvais temps, etc.).

Confection à base de récupération

Des vieux mécanos pour les mécanismes, du tuyau d’arrosage pour des pneus de roulotte, du carton, du bois… Jules Leteil confectionne avec beaucoup de "récup"  et à partir de photos. Dans une grande salle, il présente ainsi sa collection, représentant plus de cinquante années de travail. On y trouve tout ce qui a trait au cirque, des chapiteaux aux artistes en passant par les camions, le public, les animaux. Il y même les bureaux du directeur, la secrétaire, les cuisines, le réfectoire et de nombreux détails.
 Lorsque Jules Leteil appuie sur l’interrupteur, tout ce petit monde s’anime. Les lumières s’allument, la musique retentit et les personnages s’exécutent : des spectateurs applaudissent, des voltigeurs assurent leurs figures, des équilibristes prennent des risques ! "Cette grande maquette représente environ 3500 heures de travail", précise-t-il avant de concéder : "Il faut parfois prendre du recul, car ça rend un peu fou quand même."


Zavatta, Bouglione, Amar…

 "J’ai rencontré de grands directeurs de cirque et ça m’a permis d’améliorer mes maquettes", affirme-t-il avant de donner plusieurs exemples : "Désiré Rech, directeur du cirque Amar dans les années 90 était venu à la maison et on avait pris l’apéro ensemble. Achille Zavatta est venu à la ferme en 1991, tout comme son fils William. J’ai aussi rencontré Christine Gruss…" Sur des photos, on le voit aussi aux côtés de Joseph Bouglione.


Le musée du cirque de Jules Leteil se situe au 8, rue de la mairie, à Tuffé. Les visites sont possibles en groupe entre 10 et 25 personnes. Renseignements au 02.43.93.40.25.
Source : L'Echo Sarthois