Alexis Gruss : Il a reçu le cirque en héritage
Alexis fait partie d'une des grandes familles du cirque français. Son grand-père a marqué l'histoire de cet art. Aujourd'hui, il est sédentarisé... mais n'a rien renié...

Alexis fait partie d'une des grandes familles du cirque français. Son grand-père a marqué l'histoire de cet art. Aujourd'hui, il est sédentarisé... mais n'a rien renié.

Dans la famille Gruss, je demande le petit-fils. Alexis Gruss. Un enfant de la balle. Son grand-père ? Alexis Gruss senior. L'illustre. Le cirque Une immense famille.

Un mercredi après-midi à l'école Gruss de Saint-Jean-de-Braye. Immense chapiteau bleu, rideaux de velours rouge. Un trampoline, un trapèze, un ballon, des cerceaux, des rires d'enfants. Un homme en noir entre en piste. Il n'a rien d'un clown triste. Même sans le nez rouge et le costume chatoyant de l' Auguste qu'il incarne de temps en temps, Alexis Gruss a tout d'un type bon enfant.

Alexis avait 6 ans quand son grand-père est décédé. Il n'en a pas vraiment de souvenir. Plutôt des "flashes". "Je le revois avec son Clown d'or dans les mains et moi sur ses genoux". Un trophée qu'il avait décroché en 1975, au Festival international du cirque de Monte-Carlo. C'était un maître écuyer hors pair.

Le père d'Alexis, Lucien, est, lui aussi, très doué en cavalerie. Sa mère, Patricia, fait de la jonglerie, des acrobaties. "Quand on naît dans le monde du cirque, on touche d'abord à tout. Je faisais des numéros avec mes cousins. En grandissant, on s'affirme. J'ai choisi la discipline de maman. J'ai fait mon premier numéro pro avec mon frère à l'âge de 15 ans. Du rolla-rolla". Alexis suit le cirque familial en tournée. "Je ne pouvais pas envier les autres enfants, je n'avais jamais goûté à leur vie. Je me trouvais chanceux de voyager tout le temps. J'ai découvert plein de régions de France ! (...)

"Cette vie-là ne m'a jamais pesé. C'est tellement magique comme monde. Mes parents ne m'ont jamais contraint", assure Alexis. Son nom ? Il ne l'a jamais vécu comme un poids, mais comme "une grande fierté".

Puis Alexis rencontre sa future femme, Anargul. De nouvelles questions se posent. Il cherche quelque chose de plus stable. Fait trois enfants. En 2008, il prend la direction de l'école de cirque. "C'est un bon compromis. Je peux à la fois mettre mes enfants à l'école et habiter une maison tout en vivant du cirque", résume Alexis.

" Je suis un vrai sédentaire, je me suis adapté à mon époque", insiste-t-il. Pour enseigner le cirque, il n'a pas de diplôme, il a "ça dans le sang", mais il transmet tout à ses élèves, comme il le ferait "avec (ses) propres enfants".

Ses enfants, parlons-en. "Je ne les force à rien. Je souhaite juste qu'ils aient toutes les cartes en main. Bien sûr, si l'un d'eux pouvait prendre ma succession". Le cirque en héritage.

Contact :

Ecole de cirque Gruss
Complexe sportif du Petit-Bois
Saint-Jean- de-Braye (Loiret)
Tél. 02.38.55.13.98.


Blandine Lamorisse
Source : La République du Centre